Accueil arrow Références arrow Ils sont POUR le repos du dimanche
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
Ceux qui sont pour le maintien du repos dominical


La députée Fanélie CARREY-CONTE s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Une bonne réponse de députée bien argumentée sur le repos dominical

> From: Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
> To: Thierry
> Subject: RE:
> Date: Thu, 26 Mar 2015 17:14:49 +0000
>
> Bonjour,
>
> Vous m'avez sollicitée à propos de l'extension du travail dominical, sujet sur lequel je me suis clairement positionnée lors des débats à l'Assemblée nationale sur le projet de loi « croissance et activité », dit projet de loi Macron. Je suis en effet intervenue dans l'hémicycle pour expliquer en quoi selon moi, en proposant l'extension du travail dominical, la gauche était en train d'agir à contre-emploi.
>
> L'extension de l'ouverture des commerces le dimanche n'a pas d'intérêt économique clairement prouvé, ni pour la consommation, ni pour l'emploi, et pourrait inversement détruire des emplois dans les petits commerces, mettre en danger leur activité à la faveur de la grande distribution.
>
> Il est par ailleurs certain pour moi que les premiers à pâtir d'une telle mesure seraient les salarié(e)s les plus précaires, dont un grand nombre de femmes, qui ne pourront pas en réalité refuser de travailler une journée de plus face à la pression de leur employeur ou à la peur du chômage.
>
> Si l'unification des règles encadrant le travail dominical dans les zones touristiques et zones commerciales est une bonne chose, l'absence de plancher fixant un minimum de compensation salariale dans ces zones qui pourront ouvrir 52 dimanches par an n'est pas acceptable : des salarié(e)s risquent de se trouver en situation de travailler le dimanche sans être guère plus payés que les autres jours.
>
> Enfin, je pense effectivement qu'il est important que chacun puisse bénéficier d'un temps dans la semaine où la consommation ne domine pas et où l'on peut profiter de ses proches, accéder aux loisirs, etc.
>
> Vous pouvez retrouver sur mon site mon intervention dans l'hémicycle : https://youtu.be/aM2b91hdgxI
>
> Les différents points évoqués ci-dessus, ainsi que d'autres sujets évoqué dans le texte (voir sur mon blog : http://www.faneliecarreyconte.com/?portfolio=retour-sur-les-debats-autour-du-projet-de-loi-croissance-et-activites-dite-loi-macron) ont inquiété de nombreux parlementaires de la majorité. Certains, comme cela a été mon cas, ont expliqué qu'ils auraient voté contre la loi. D'autres se seraient abstenus. La conséquence de cette situation est que, le mardi 17 février, face à l'absence de majorité suffisante, le Premier Ministre a décidé d'engager la responsabilité du Gouvernement sur le texte, à travers l'article 49-3 de la Constitution.
>
> Ce qui est pour moi démontré à travers cet épisode est avant tout que, face aux orientations proposées par la loi Macron, aux questions et aux problèmes soulevés, au sentiment de ne pas pleinement agir en phase avec nos valeurs et nos engagements, le soutien de l'ensemble de la gauche et d'un nombre conséquent de parlementaires socialistes n'a pas pu être recueilli.
>
> Cette situation ne peut rester en l'état. Je conserve la conviction que, face à l'ampleur des inégalités existant dans notre pays, face à la déception et à la défiance de nombre de ceux qui ont voté pour nous en 2012, notre seule chance de renouer la confiance et de recueillir à nouveau l'adhésion de ces citoyens est de porter des politiques fidèles à nos valeurs et à nos convictions, synonymes de progrès social, de nouveaux droits, garantes d'efficacité et de justice. C'est pourquoi je continue de croire qu'il y a urgence à ce que des réorientations de nos choix et de nos politiques interviennent en ce sens.
>
> Bien cordialement,
>
> Fanélie CARREY-CONTE
 
Le député STRAUMANN s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Original Message ----- 
From: Eric Straumann 
To: pierre d*** 
Sent: Friday, February 20, 2015 7:43 AM
Subject: Re: Menace sur le repos dominical


[même courriel-type que le député HUYGUE, porte-parole de l'UMP]
 
Le député VERCHERE s'engage pour la liberté dominicale ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
> Message du 20/02/15 16:22
> De : "Patrice VERCHERE" < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
> A : jacques.s***@orange.fr
> Copie à : 
> Objet : RE: Travail du dimanche et la nuit
> Monsieur, 
[même courriel-type que le député HUYGUE, porte-parole de l'UMP]
 
Le député HUYGHE s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
> From: Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
> To: Jean-Marie ***
> Subject: RE: Travail du dimanche : RAS LE BOL
> Date: Fri, 20 Feb 2015 11:49:59 +0000
> Madame,

Vous avez souhaité attirer mon attention sur les dispositions du projet de loi « pour la croissance et l'activité » qui concernent le travail du dimanche. Je tenais à vous assurer que j'avais pris connaissance de votre courriel avec tout l'intérêt qu'il mérite. 

Les députés porte-paroles du Groupe UMP se sont opposés à l'ensemble de ces articles lors de l'examen de ce projet en commission spéciale et en séance publique.

En effet, l'augmentation de nombre maximum de « dimanches du maire » ouvrables, qui passe de cinq à douze dimanches par an, a cristallisé l'opposition de la majorité des députés de notre Groupe. 

Tout d'abord, le travail du dimanche doit rester une exception : les communes qui ouvriront douze dimanches par an ne seront plus dans la dérogation mais dans l'usage commun. Surtout que les possibilités d'ouverture le dimanche s'attribuent par branches. Comme le calendrier des demandes peut varier par branches de commerces, certaines villes pourront voir une partie de leurs commerces ouverts presque chaque dimanche !

Ensuite, le bénéfice économique d'une extension du travail du dimanche n'a jamais été démontré. Le travail du dimanche ne va faire que déplacer la consommation, non la multiplier. L'acheteur du mardi viendra peut-être le dimanche, mais il ne viendra pas deux fois. Il est donc peu probable que l'extension du travail du dimanche crée des emplois, une hausse du pouvoir d'achat ou des salaires. Mais il est certain, en revanche, qu'elle entraînera une hausse des charges des entreprises et donc des prix. 

Enfin, la réforme du travail dominical risque de dévitaliser les centres villes et de tuer une partie des commerces de proximité : c'est inévitable, les consommateurs vont se déplacer vers les grandes zones commerciales. Selon certaines organisations syndicales, chaque « dimanche du maire » se solde déjà par une baisse de 25 % du chiffre d'affaires des petits commerces. La loi MACRON signerait la perte de 200 000 emplois à terme. Tout simplement parce qu'à chiffre d'affaires égal, l'artisanat et le commerce de proximité emploient trois fois plus de personnel que les grandes surfaces. On est loin de la croissance et de l'activité.

Notre volonté de défendre les petites entreprises nous a également conduits à nous opposer aux modalités de définition des contreparties dans les différentes zones - commerciales, touristiques et touristiques internationales. Le Gouvernement renvoie la fixation des contreparties en matière de rémunération et de repos à la signature d'un accord collectif : sans accord, aucune ouverture ne sera possible. 

Cette politique favorise encore une fois les grandes entreprises au détriment des petites, notamment des entreprises de moins de onze salariés qui n'ont pas de délégués du personnel. En l'absence d'accord de branche, celles-ci devront recourir à la difficile procédure de mandatement, qui consiste à négocier avec un représentant d'une organisation syndicale représentative.

Le dispositif du Gouvernement risque donc de conduire, au sein même des différentes zones, à de nouvelles distorsions de concurrence entre grandes structures rodées au dialogue social et petites structures qui n'auront pas toujours pas réussi à conclure un accord. 
En clair, avec cette réforme, le Gouvernement s'est résolument placé du côté de la consommation à tout prix, contre la liberté de l'entreprise, contre la liberté du salarié et même contre la liberté des familles.

C'est pourquoi notre Groupe souhaitait en l'état le maintien du consensus qui avait été atteint lors du vote de la loi MALLIE, plutôt que la réouverture d'un sujet qui s'apparente à une boîte de Pandore. Entre la possible multiplication des zones et l'extension des dimanches du maire, nul ne peut dire aujourd'hui à quoi ressemblera le dimanche en France dans dix ans. 

D'ailleurs, le Gouvernement n'a pas trouvé de majorité sur ce dispositif et a été contraint d'engager sa responsabilité sur l'ensemble de ce projet de loi. 

Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Madame, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs. 

Sébastien HUYGHE 
Député du Nord
Porte-parole de l'UMP

 
Le député HILLMEYER s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
From: "Francis Hillmeyer" < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
To: <pierre.d***@free.fr> 
Sent: Saturday, February 07, 2015 2:49 PM 
Bonjour, 
Je me suis toujours opposé au travail dominical. 
Bien amicalement, 
Francis HILLMEYER 
Député du Haut-Rhin 

 
Le député REITZER s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
From: "Jean-Luc Reitzer" < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
To: "pierre d***" 
Sent: Monday, February 09, 2015 10:01 AM 
Subject: RE:Menace sur le repos dominical 
Bonjour, 
Le Député a bien pris connaissance de votre message et vous remercie. 
Il tient à vous dire qu'il partage totalement votre position. 
Bien cordialement 
Le cabinet parlementaire 

 
Le député de LA VERPILLIERE s'engage pour le Dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
De : Charles de la Verpillière-Député [mailto: Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
Envoyé : lundi 16 février 2015 14:07
À : Marie-Françoise D***
Objet : Re- Non au travail dominical
 
Bonjour,

J’ai bien reçu votre message et je partage vos préoccupations. 

Je ne voterai pas la « loi Macron ».

Très cordialement.
Charles de la Verpillière
Député de l'Ain

 
Le député CAVARD s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
---------- Message transféré ----------
De : Christophe Cavard < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
Date : 15 février 2015 13:31
Objet : RE:Tous doivent pouvoir se reposer le dimanche
À : Dominique M***
bonjour,
Merci pour votre courrier. Monsieur Christophe Cavard est particulièrement sensible aux risques de dégradations des conditions de travail que pourrait impliquer la mise en application de la loi Macron.
Il fera paraître un communiqué de presse dès la semaine prochaine dans ce sens.
Cordialement
Guerin sylvain
Equipe parlementaire
Député Christophe cavard

 
Travail du dimanche : une tromperie organisée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Archives des communiqués du PS

Communiqué du Secrétariat National du Parti Socialiste , 1/7/2009

En réponse à la grave crise économique qui sévit actuellement, la droite a comme seule réponse des reculs sans précédent sur le droit du travail. La nouvelle7proposition de loi sur le travail du dimanche en est un exemple flagrant. Le texte débattu la semaine prochaine est loin de présenter des concessions par rapport au texte précédent. Derrière la communication, la vérité du texte présenté est la généralisation du travail dominical dans le commerce. Plus de 5000 communes touristiques seront touchées. Ce sont toutes les grandes villes de France, les villes moyennes et les petites villes qui sont frappées de plein fouet par la proposition de loi.

A rebours des discours lénifiants de la majorité, pour l’extrême majorité des salariés, il n’y aura ni volontariat ni contrepartie au travail dominical qui leur sera imposé sous peine de sanction, jusqu’au licenciement.

La mise en avant du volontariat pour quelques zones qui se comptent sur les doigts d’une main relève de la tromperie. Quel demandeur d’emploi exprimera son refus de travailler le dimanche au moment de l’entretien d’embauche ? Le texte ne prévoit en outre aucun droit de retour automatique à un poste sans travail dominical. La majorité crée ainsi le volontariat obligatoire !

Le Parti socialiste s’oppose avec force à ce recul social extrêmement préoccupant pour les droits des salariés. Il s’y oppose pour les mêmes raisons que lors des débats sur le premier texte présenté en décembre 2008. Les critiques restent les mêmes. Pour le Parti socialiste, le travail du dimanche est :

 

  • -    inefficace sur le plan économique
  • -    dangereux pour les salariés
  • -    néfaste pour la vie sociale

 

 

 

 
La députée MAZETIER s'engage pour le dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

La députée MAZETIER a effectué un gros travail sur le repos dominical, essayant de corriger par voie d'amendements une loi Macron qu'il serait beaucoup plus sage de renvoyer à la refonte.

 
Expéditeur: Sandrine Mazetier < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
Date: 10 février 2015 10:04:45 UTC+1
Destinataire: Claudine C***
Objet: Rép :Travail du dimanche, loi macron


Madame,

Vous m’avez interpellée sur la réforme en cours concernant l’extension de l’ouverture des commerces le dimanche.

Très attachée au principe du repos dominical et défenseure de la protection des salariés en cas de dérogations à ce principe, j’ai, à plusieurs reprises, exprimé publiquement ma position et mes propositions sur ce sujet.

En octobre 2014, j’ai été auditionnée par la Mission d’Information et d’Evaluation du Conseil de Paris qui portait sur le travail dominical à Paris. Ma contribution à cette mission est accessible en ligne sur mon site internet : http://www.sandrinemazetier.fr/mon-intervention-devant-mie-du-conseil-paris-travail-dominical-nocturne-11208.html

Puis, en décembre 2014, j’ai été désigné comme membre de la commission spéciale chargé de l’examen du projet de loi pour la croissance et l’activité qui contient les dispositions réformant les règles de l’ouverture dominicale des commerces.
 
A l’occasion de l’examen de ce texte en commission spéciale (entre le 12 et le 18 janvier) puis en séance (depuis le 26 janvier), j’ai déposé une série d’amendements (http://www.sandrinemazetier.fr/mes-amendements-au-projet-de-loi-pour-la-croissance-et-lactivite-sur-le-travail-dominical-et-en-soiree-11839.html) visant à mieux encadrer toute extension des dérogations au repos dominical et à renforcer les protections en faveur des salariés.

J’ai notamment travaillé sur la question des zones touristiques internationales dans lesquelles l’ouverture des commerces sera autorisée tous les dimanches et pendant la période dite de soirée (entre 21 heures et 24 heures).
 
Lire la suite...
 
La sénatrice LIENEMANN s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Expéditeur: Lienemann Marie-noelle < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
Date: 11 février 2015 15:28:53 UTC+1
Destinataire: Claudine C**
Objet: Rép : Travail du dimanche, loi macron

Madame, Monsieur,

Vous trouverez sur le lien suivant http://www.maintenantlagauche.fr/argumentaire/loi-macron-pour-nous-cest-non/ l'analyse du projet de loi « pour la croissance et l'activité » et l'argumentaire que nous portons avec mes amis de Maintenant la Gauche, le courant de gauche du PS conduit par Emmanuel Maurel, député européen.

Vous pouvez donc compter sur ma mobilisation pour m'opposer non seulement à la dégradation de la législation concernant le travail du dimanche et de nuit, mais au-delà à toutes les mesures libérales néfastes qui sont contenues dans ce texte.

Cordialement,

Marie-Noëlle Lienemann
Sénatrice de Paris

 
« Cinq dimanches travaillés, c’est déjà bien suffisant » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
François Asselin nouveau président de la CGPME depuis mercredi, a fait hier son baptême du feu des médias dans l’émission « Face aux chrétiens » animée par Dominique Gerbaud et coproduite par KTO. Il était interrogé par Benjamin Rosier (RCF), Louis Daufresne (radio Notre-Dame) et Nathalie Birchem (La Croix).
 
La dernière séance de la négociation sur la modernisation du dialogue social s’est achevée sur un échec. Pourquoi la CGPME s’est-elle montrée si opposée à une représentation des salariés dans les toutes petites entreprises ?

François Asselin : Au départ nous partions sur le constat qu’il y a 2,5 fois plus d’entreprises de plus de 49 salariés que de 50. Pour passer ce seuil, on a en effet 35 obligations supplémentaires et on estime que ça représente 3 à 4 % du chiffre d’affaires d’une entreprise, sans oublier les contraintes administratives qui s’ajoutent. Nous étions donc pour alléger ce seuil.

Mais, dès le départ, nous avions dit qu’il fallait éviter d’ajouter, en contrepartie, des contraintes pour les entreprises de moins de 11 salariés, que ce serait notre ligne rouge. Car c’est mentir que de dire que le dialogue social n’existe pas dans les toutes petites entreprises. Si un patron n’est pas à l’écoute de ses salariés dans ces petites structures, la sanction est rapide : dans une boulangerie, la fournée du lendemain risque d’être trop cuite. Ou sur un chantier, le trajet qui prend un quart d’heure risque de durer une heure… Vouloir institutionnaliser tout ça c’est tuer le vrai dialogue d’homme à homme qui existe dans les TPE.

La loi Macron sera examinée à l’Assemblée à partir de lundi. Êtes-vous favorable à l’assouplissement du principe du repos dominical ?

F.A. : A la CGPME, nous pensons qu’il y a un sujet pour les grandes zones urbaines, les grands boulevards parisiens notamment, et les zones ultra-touristiques. En dehors, nous disons : attention ! J’ai rencontré beaucoup de commerçants qui m’ont dit qu’ils ne veulent pas déverrouiller les dimanches. Pourquoi ? Parce que le commerçant indépendant, c’est lui qui ouvre le magasin. S’il doit travailler du lundi matin jusqu’au dimanche soir, quand s’occupera-t-il de sa famille ? ! Et pour les salariés, ce sera pareil. Si le gars d’en face a la même activité que la vôtre et qu’il ouvre son commerce, vous serez obligé d’ouvrir. Il y aura un phénomène en cascade.

Nous sommes donc très prudents. Nous disons : laissons la main aux maires. Cinq dimanches, c’est déjà bien suffisant ! On sait très bien que, hors zones très touristiques, le pouvoir d’achat sur sept jours est le même que sur six jours. Sinon, ce sera le grand commerce qui va ramasser la mise. On a fait de ce dossier un emblème de développement économique. Mais allez chercher une étude qui permet d’affirmer que ça va vraiment créer des milliers d’emplois. Nous n’en avons pas trouvé.

Journal La Croix, 23 janvier 2015-N°40094
 
La députée ROMAGNAN s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
> From: Barbara Romagnan
> To: Ivana B***
> Subject: RE: Travail du dimanche
> Date: Thu, 5 Feb 2015 12:28:14 +0000
> Madame,
> J'ai bien reçu le texte de la pétition que vous m'avez fait parvenir. Je tenais à vous faire part de mon attachement au repos dominical. Comme vous, j'estime que le dimanche doit demeurer en règle générale hors du temps de travail afin de ménager la possibilité de pratiquer des activités de loisirs, d'organiser des temps familiaux, ou encore de permettre de contracter un engagement bénévole. Au-delà de la nécessité de respecter un jour de repos hebdomadaire il convient de veiller à ce qu'il constitue un repos commun à tous, pour favoriser autant que possible les temps sociaux d'échanges. 
> Par ailleurs, l'efficience économique de l'ouverture des magasins le dimanche me semble également contestable, la plupart des biens de consommations n'étant pas acheté en plus grande quantité au motif que l'on dispose de davantage de jours pour le faire. Il ne s'agit pas de faire preuve de dogmatisme : certaines ouvertures le dimanche peuvent éventuellement se concevoir du fait des activités pratiquées par les français (bricolage, jardinage, etc.), mais celles-ci existent d'ores et déjà. Pour toutes les raisons évoquées, aller au-delà me semble socialement hasardeux et économiquement discutable.
> Bien cordialement,
> Barbara Romagnan
> Députée du Doubs
 
Le député BENOIT s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Expéditeur: Thierry Benoit 
Date: 2 février 2015 19:03:54 UTC+1
Destinataire: Lydia A**
Objet: Rép : Loi Macron / Dimanche

Madame,

J'ai bien reçu le courrier que vous m'avez adressé à propos du projet de loi du Gouvernement pour la croissance et l'activité et je vous en remercie.

Sachez que je partage votre point de vue et que je me suis déjà opposé en 2008 à l'ouverture élargie des magasins le dimanche au nom des principes fondateurs de notre société.
Il est évident que le projet du Gouvernement risque d'entraîner un simple étalage dans le temps du volume d'achats réalisés chaque semaine par nos concitoyens. 

En outre, tous ceux qui travaillent en entreprise savent que la pression commerciale fera voler en éclats le principe du volontariat, en faisant peser un risque d'extension au dimanche de l'ensemble des activités marchandes.
Avec cela, disparaîtront les activités dominicales traditionnelles qui constituent le « vivre ensemble » d'une société évoluée. Le dimanche est en effet le jour par excellence où les associations, familles et amis peuvent se retrouver dans un cadre préservé.
Revenir sur le repos dominical constituerait à mes yeux une régression par rapport à l'héritage judéo-chrétien de notre société. Le citoyen se retrouverait assujetti de la sorte à une logique bassement consumériste, qui lui ferait oublier que « l'homme est la mesure de toute chose ».

Restant à votre disposition, je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.

Thierry BENOIT

 
Lé députée Delphine BATHO s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Expéditeur: Delphine Batho
Date: 3 février 2015 19:07:03 UTC+1
Destinataire: Claudine L***
Objet: Rép : Loi Macron / Dimanche

Chère Madame,

Votre courriel concernant le travail dominical et les conséquences que pourrait avoir la loi Macron sur celui-ci a retenu toute mon attention et je vous en remercie.

Beaucoup de professions, pour des raisons de continuité du service au public, sont déjà concernées par le travail dominical. Aujourd'hui, plus de 8 millions de français travaillent habituellement ou occasionnellement le dimanche.

J'ai toujours été opposée à la généralisation du travail du dimanche. Supprimer, pour des milliers de salariés, le seul jour réservé à la vie de famille, aux activités de loisirs ou culturelles n'est certainement pas un progrès pour notre civilisation. Ce serait, au contraire, une nouvelle banalisation des valeurs consuméristes qui font déjà tant de dégâts dans notre société.

C'est pourquoi je ne suis pas favorable à l'élargissement des dérogations au repos dominical. La seule exception acceptable me paraît être celle de quelques très grandes zones touristiques internationales.

Il me semble important pour le bien être des personnes et de notre société de conserver un jour de repos hebdomadaire qui soit un temps commun pour la famille, les loisirs et la culture.

Vous pouvez compter sur moi pour ne pas approuver des dispositions qui iraient dans le sens contraire.

Restant à l'écoute de vos préoccupations,

Bien sincèrement,

Delphine Batho

 
Le sénateur KERN s'engage (un peu) pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
---------- Message transféré ----------
De : KERN Claude 
Date : 3 février 2015 22:50
Objet : Re: Non au travail dominical
À : ALAIN C*** 
Cher Monsieur,
Vous soutenez le repos dominical et avez souhaité porter cette information à ma connaissance, soyez-en très sincèrement remercié.

Comme vous, je suis attaché au repos dominical et très attentif aux dispositions du projet de loi de Macron afférentes à ce sujet.

Les dispositions du droit local alsacien-mosellan ne devraient pas être affectées par la réforme. Je demanderai néanmoins des assurances dans ce sens au Gouvernement lorsque le texte sera débattu au Sénat.

Veuillez agréer, Cher Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Claude KERN Sénateur du Bas-Rhin

 
La députée CHABANNE s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
------ Message d'origine ------
De : "Nathalie Chabanne" < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
À : " Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir " < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
Envoyé 03/02/2015 17:31:14
Objet : RE: Qui est orthogonal, M. Macron ?
Bonjour,

Je vous remercie de l’attention que vous portez à notre travail parlementaire, en particulier dans la période.

Je tiens, par la présente réponse, à vous faire savoir que ma position concernant le travail du dimanche, et ses sujets connexes, est d’ores et déjà assumée : je suis signataire de nombre d’amendements à la loi Macron, visant à modifier profondément le texte, [...] voire à supprimer certaines dispositions.

Ainsi, que ce soit à l’article 72, créant les Zones Touristiques Internationales, à l’article 74 concernant la création des zones commerciales particulières, à l’article 79, concernant les commerces à proximité des gares, à l’article 80 concernant les « dimanches du maire » ou pour finir à l’article 81 concernant le travail de nuit, je suis signataire d’amendements portés par des socialistes qui ne se reconnaissent pas dans la vision du projet de loi.

Nous avons travaillé, de manière constructive et collective, afin de proposer une autre vision de l’économie mais aussi de notre société.  Vous trouverez notre vision dans un texte que nous avons voulu alternatif à l’entièreté de la loi Macron. 
Je vous invite à lire et à diffuser ce texte, que vous trouverez en pièce jointe et me tiens à votre disposition pour vous envoyer les amendements si vous le souhaitez.
 
Espérant avoir répondu à vos attentes, remarques et autres interpellations.
Cordialement.

Nathalie Chabanne
Députée de la 2ème circonscription des Pyrénées Atlantiques

 
La sénateur ASSASSI s'engage pour le repos dominical ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 
[...] Cette nouvelle politique doit prendre le chemin inverse d’un projet de loi comme le projet de loi Macron dont le débat a commencé à l’Assemblée nationale. Ce projet répond aux ordres du Marché. Il se veut une réponse aux exigences des gardiens du Temple de Bruxelles. Ce texte, fourre-tout en apparence (plus de 200 articles au sortir de la commission), connait une seule ligne conductrice : déréguler, ouvrir à la concurrence, soumettre les salariés à la loi de la compétitivité et de la rentabilité. C’est ce lien qui unit des dispositions aussi diverses que la généralisation du travail du dimanche, le développement des transports routiers de voyageurs, l’extension de la vente à la découpe ou même la réforme des professions règlementées. Ce texte, comme le projet de réforme des collectivités territoriales, comme le texte relatif à la transition énergétique — un bien beau concept pourtant — sont empreints d’un libéralisme décomplexé.

Ces choix du gouvernement s’opposent frontalement au désir profond d’égalité, de fraternité exprimée massivement le 11 janvier dernier. La question démocratique est de première importance pour que les contradictions permettent à une nouvelle politique d’émerger. 
 
Le député Dupont-Aignan s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
De : "Nicolas Dupont-Aignan"
Date : 3 févr. 2015 09:52
Objet : RE:Non au dimanche travaillé
À : "Cécile D***" 
Cc : 

Chère Madame,
J’ai bien reçu votre courriel et me réjouis d’apprendre que vous avez signé la pétition de soutien au repos dominical.
M’étant déjà vivement opposé en 2009, à la loi Maillé, qui ouvrait une première brèche dans le principe du repos dominical, je suis fermement décidé à combattre les dispositions de la loi Macron qui aggraveraient encore la remise en cause de ce principe, et ce pour 3 raisons :
1 - La société ne peut être fondée uniquement sur le consumérisme et il faut garder un temps pour les relations familiales et sociales.
2 - L’ouverture des commerces le dimanche profiterait en priorité aux grands centres commerciaux périphériques et tendrait un peu plus à désertifier les centres villes.
3 - Quoi qu’en dise le Gouvernement, le travail dominical ne se fera pas sur la base d’un réel volontariat, mais sur une pression des enseignes pour obliger les personnels à sacrifier leurs dimanches sous peine de perdre leur emploi.
Pour contrer le projet de loi sur la croissance et l’activité, qui prévoit la possibilité d’ouvrir les commerces 12 dimanches par an, je ne vois guère d’initiative plus efficace que d’intervenir comme vous le faites auprès des parlementaires ; cependant, si nous devons nous incliner devant la décision finale du Parlement, rien ne nous interdira de boycotter le shopping du dimanche…
Veuillez agréer, Chère Madame, mes salutations distinguées.
Nicolas DUPONT-AIGNAN

 
Le sénateur RACHLINE s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Le 02/02/2015 10:39, David Rachline a écrit :
Monsieur,

Vous avez bien voulu attirer mon attention sur le Projet de Loi dit « Loi Macron » et notamment sur le dispositif élargissant considérablement l’ouverture des commerces le dimanche et je vous en remercie.


Aujourd’hui, le dispositif proposé par M. Macron va beaucoup trop loin. Il touche un principe fondamental : le repos dominical.

Travailler le Dimanche, c’est se priver d’un temps traditionnellement consacré à la famille, un temps où parents et enfants peuvent partager du temps et des loisirs dont ils ont été privés par les obligations d’une semaine chargée.

Travailler le Dimanche, c’est empêcher les Français de nouer un tissu social par la vie associative, par des initiatives aux services de leur voisin, celles qui rappellent à chacun que la joie véritable est d’offrir gratuitement de son temps aux autres.

Travailler le Dimanche, c’est nous enfermer dans une logique libéraliste et consumériste à outrance, sans avoir ne serait-ce qu’une journée pour s’en détourner.

Travailler le Dimanche, c’est faire croire aux Français que cela entraînera une augmentation de la consommation et des créations d’emplois. A long terme, je ne le crois pas du tout car la consommation n’est pas extensible à souhait.

Travailler le Dimanche, c’est verser toujours plus dans un système hypocrite. Qui contraindra notamment les femmes (majoritaires dans le secteur du commerce), qui leur fera croire à une liberté de choix vite oubliée je le crains, malgré la loi.   

Travailler le dimanche, c’est tuer encore un peu plus les commerces de proximité qui seront victimes de la concurrence démesurée des magasins de grande taille. 

Travailler le dimanche, c’est oublier ce jour sacré qui constitue un héritage culturel de nos racines judéo-chrétiennes.

En ces temps où les Français demandent une forte cohésion sociale pour faire face aux terribles dangers que fait peser le fondamentalisme islamiste, il s’agit d’assumer et de consolider notre identité et notre héritage, sans se vautrer dans un esprit mercantiliste qui vide notre existence de son sens.

En vous assurant de mon opposition future à ce texte de loi, je vous prie de croire en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.


David Rachline 
Sénateur du Var
Maire de Fréjus

 
Le sénateur WATRIN s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

D accord avec vous je voterai contre la loi Macron.

De : WATRIN Dominique  

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 21 sur 132

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS