Accueil arrow Références arrow Ils sont CONTRE le repos du dimanche
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
Ils sont CONTRE le repos dominical
Remarquable réponse d'une mère de famille à François Fillon Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Beaucoup d'électeurs ont transmis aux députés leur exaspération de voir le travail du dimanche attaqué de toutes parts. La plupart des députés ont répondu des mails-type, mais dont bien peu portent la marque du courage, du réalisme ou de l'engagment.

Parmi ceux-ci, François Fillon. Si son mail-type de réponse ne portait pas à le publier, il a appelé cette réponse, que nous trouvons beaucoup plus intéressante.

 
Expéditeur: G*** C***
Date: 20 avril 2015 22:30:42 UTC+2
Destinataire: " Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir " < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
Objet: Travail du dimanche
 
Monsieur,  

Je vous remercie pour votre réponse circonstanciée suite à mon mail relatif à la libéralisation du travail dominical.

Je note que vous envisagez cette mesure comme une liberté du salarié, liberté bien illusoire quand une embauche ou un maintien dans l’emploi est en jeu. 

D’ailleurs la liberté de gagner plus en travaillant le dimanche est-elle vraiment une liberté ? 

Votre prise de position libérale, si elle va dans le sens de la pensée, dominante à droite, d’une libéralisation à tout va et d’un libéralisme sans limites, appuie une vision de notre société 100% marchande où tout s’achète et tout se vend, même notre temps libre, notre temps familial… mais avez-vous pensé à la valeur du temps passé par un père ou une mère de famille avec ses enfants, à la plus-value en matière d’éducation, de construction de ceux qui seront les adultes de demain ?

Vous évoquez cette mesure comme un des éléments d’une politique de redressement économique mais aucune étude ne vient conforter une telle hypothèse ! Comment imaginez-vous que le portefeuille des français grossira en fonction de la durée d’ouverture des magasins ?

Je regrette que dans cette affaire vous ayez perdu le bon sens du terroir qui devrait être celui d’un élu de province au profit d’une  bien-pensance affidée aux lobbies en tous genres qui tiennent les fils du théâtre politique.

Je vous souhaite du courage pour mener à bien votre mission d’élu et savoir prendre position en fonction des valeurs qui vous ont été transmises.

Bien cordialement,

G*** C***

Lire la suite...
 
Le député AVIRAGNET, contre le repos dominical :-( Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
De: "Joël Aviragnet" < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
Envoyés: Wednesday, 18 February, 2015 11:53
À : "Blanche MR***
Objet : RE: Ne touchez pas au repos dominical

Madame,
 
J’ai bien reçu votre message concernant le travail du dimanche et je vous en remercie. Après en avoir pris connaissance, je souhaiterais vous apporter quelques précisions sur le sujet.
 
Lors de son examen en Commission spéciale, le projet de loi en faveur de l’activité et de la croissance a été modifié pour trouver un équilibre satisfaisant. Ce texte ne dit pas que tous les commerces devront être ouverts le dimanche ni que les salariés se verront imposer de travailler le dimanche.
 
Le Groupe Socialiste de l’Assemblée a souhaité proposer un cadre souple afin que la législation puisse s’adapter aux réalités de chaque territoire. Qui plus est, nous avons confié aux représentants de ces territoires, c’est-à-dire les élus locaux, la décision d’autoriser ou non l’ouverture des commerces le dimanche.
 
Les dispositions adoptées en commission sont les suivantes :
 
                - en dehors des zones touristiques internationales, des zones commerciales et des grandes gares, les commerces pourront être ouverts 12 dimanches par an.
 
                - s’inscrivant dans l’esprit de ce projet de loi qui vise à accorder plus de libertés aux acteurs économiques et aux élus locaux la commission a adopté un amendement supprimant les 5 dimanches obligatoires initialement prévus, afin de redonner toute latitude au maire pour attribuer ces dimanches. Il n’existe donc plus de plancher rendant obligatoire l’ouverture des commerces 5 dimanches par an ;
 
                - au-delà de 5, le maire devra consulter les élus de l’intercommunalité dont la commune est membre, de manière à coordonner à ce niveau les ouvertures des commerces.
 
                - dans tous les cas, le conseil municipal sera préalablement consulté. Les salariés concernés bénéficieront du doublement de leur salaire le dimanche, et du volontariat adopté par amendement.
 
                - enfin, spécifiquement aux zones touristiques internationales, le projet de loi permettra le travail de soirée, de 21h à minuit, dans les commerces de détail, à la condition que les entreprises soient couvertes par un accord collectif. Les salariés bénéficieront du doublement de leur salaire durant cette période, et leur retour au domicile devra être pris en charge par l'employeur. Le volontariat y est également réaffirmé.
 
Les députés ont souhaité apporter un cadre juridique souple qui puisse s’adapter à chaque territoire tout en laissant aux élus locaux le pouvoir de décider en fonction des besoins des habitants et des commerçants.
 
Cette position d’équilibre ne remet pas en cause le principe du repos dominical qui reste préservé. Qui plus est, l’ouverture le dimanche est dorénavant soumise à des conditions bien plus strictes qu’auparavant : la nécessité d’un accord au sein de l’entreprise, le volontariat et le doublement du salaire.
 
En espérant vous avoir apporté des précisions utiles sur ce sujet, je vous prie de recevoir, Madame, l’expression de mes salutations les plus cordiales.
 
Joël Aviragnet
Député de Haute-Garonne
 
 
Le député WOERTH : contre le repos du dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 
------ Message d'origine ------
De : Éric Woerth
À : Françoise V***
Envoyé 16/02/2015 18:15:55
Objet : Tr : Travail dimanche
Chère Madame,

Vous avez attiré mon attention sur le travail dominical et je vous remercie.

J'ai pris connaissance de votre message avec toute l'attention qu'il mérite. Je suis personnellement favorable au travail du dimanche, à condition bien sûr qu'il respecte un certain nombre de conditions telles que le respect d'un temps minimal de repos et qu'il permette à ceux qui sont volontaires pour travailler d'être mieux payés. J'observe d'ailleurs que beaucoup de nos concitoyens y sont prêts et y voient l'opportunité d'améliorer sensiblement leur pouvoir d'achat.

Je vous prie d'agréer, chère Madame, l'expression de ma considération distinguée.

Eric Woerth
 
Le député TERRASSE, champion de la langue de bois sur le DImanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Pascal TERRASSE
Député de l'Ardèche
Paris, 5/2/15
 
Cher Monsieur,
Vous avez bien voulu attirer mon attention sur le projet de loi pour l'activité et la croissance, et plus particulièrement sur le dispositif concernant l'autorisation du travail le dimanche. Je vous en remercie.
C'est avec un vif intérêt et une grande attention que j'ai pris connaissance de votre correspondance.
Vos propos, exprimés de manière apaisée, ne manqueront pas d'alimenter mes propres réflexions. Conscient de l'intérêt que vous portez à ce sujet, je ne manquerai de rester très attentif au débat.
Demeurant à votre disposition, je vous prie d'agréer, cher Monsieur, mes respectueuses salutations.
 
Le député DASSAULT : langue de bois sur le dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
------ Message d'origine ------
De : Olivier Dassault< Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
À : Françoise V***
Envoyé 16/02/2015 17:20:23
Objet : travail du dimanche loi Macron en discussion au Parlement

Madame,

J'ai bien reçu votre courriel.
J'ai donc pu prendre bonne note de votre position relative au travail du dimanche concerné par la loi Macron actuellement en discussion au Parlement.

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Olivier Dassault

 
La députée CORRE : langue de bois contre le dimanche :-( Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
------ Message d'origine ------
De : Valérie CORRE
À : Anne-Marie T***
Envoyé 10/02/2015 12:24:49
Objet : Vive le dimanche: réponse d\'une député 45 /pétition
 
Madame, 
  
Vous appelez mon intention sur le projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, présenté par le ministre de l'Economie Emmanuel MACRON et débattu actuellement à l'Assemblée nationale. 
Ce projet de loi, qui vise à réformer plusieurs branches de l'économie française afin de libérer des opportunités de croissance, induit une modification de la législation en vigueur sur le travail dominical. 
 
Lire la suite...
 
Travail dominical : L’ANDRH suggère de laisser la liberté de choix aux entreprises Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'idée du renard libre dans le poulailler libre fait encore recette : c'est la position de l'ANDRH 
 

Alors que le projet de loi Macron est actuellement débattu à l’Assemblée nationale, l’Association nationale des DRH (ANDRH) s’est exprimée sur la question du travail dominical. Elle juge, notamment, que les entreprises doivent être libres de choisir le nombre de dimanches travaillés.

La question du travail dominical fait partie des temps forts du projet de la loi Macron pour la croissance et l’activité, actuellement débattue à l’Assemblée nationale.

Répondre à la demande
Ainsi, le texte propose de supprimer les cinq dimanches travaillés de plein droit proposés à l’origine et de laisser le choix aux élus locaux de fixer le nombre de dimanches entre 0 et 12. “Cette question s’inscrit dans un débat politisé et guidé par des dogmes”, réagit Jean-Paul Charlez, président de l’ANDRH et directeur général ressources humaines du groupe Etam.
Il estime que les discussions doivent pourtant répondre à un principe simple. “Dans une entreprise commerciale, on a besoin de clients pour développer l’activité. Il faut donc répondre à toutes leurs demandes, même le dimanche.” L’ANDRH souligne également qu’il y a “une demande importante en France concernant l’ouverture dominicale des commerces”.

Liberté des entreprises
Jean-Paul Charlez juge néanmoins que le système ne peut être vertueux qu’à certaines conditions : “Faire travailler les salariés le dimanche sur la base du volontariat, mettre en place une compensation financière et tenir compte des conditions de transport spécifiques à cette journée.”
Il pense également qu’il est possible de trouver, dans les entreprises, toutes les ressources nécessaires pour travailler le dimanche. “Laissons aux entreprises la liberté de choisir tout en étant  respectueux des conditions de travail, précise-t-il. Il faut que le dispositif soit rentable pour les entreprises et mette en place des contreparties intéressantes pour les salariés.”
- See more at: http://www.courriercadres.com/emploi/droit-du-travail/travail-dominical-l-andrh-suggere-de-laisser-la-liberte-de-choix-02022015#sthash.Ux5JWzsS.dpuf
 
Pour l’attractivité de Paris, osons le dimanche! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait ! C'est ce qui vient immédiatement à l'esprit à la lecture de cette chronique de Mme Tachène, dont nous publions malgré tout le propos, pour son exemplarité.

En effet, en peu de mots, voilà un concentré de ce dont les citoyens ont soupé : hypocrisie, insinuations, déconsidération, attaques perfides, affirmations inexactes, mensongères ou de mauvaise foi, c'est un catalogue. 

Continuez comme ça, Mme Tachène, et vous pourrez vous vanter d'avoir beaucoup fait pour la progression des extrémismes en France. 

 
 
TRIBUNE - L’ouverture des commerces le dimanche, c’est le sujet qui fâche entre le gouvernement et la mairie de Paris. Emmanuel Macron doit présenter son projet de loi sur l’activité jeudi 10 décembre. Au même moment, la Mission d’information et d’évaluation (MIE), mise en place par Anne Hidalgo, se réunira pour la dernière fois avant la remise de son rapport le 16 décembre. Anne Tachène, conseillère de Paris, représente le groupe UDI-MoDem au sein de cette MIE.

Paris, 30 millions de visiteurs par an, première destination touristique mondiale. Notre capitale peut s’enorgueillir de ce titre d’excellence, qui fait du tourisme le premier secteur économique parisien.

Pourtant, une ombre au tableau, une anomalie : Paris arrive seulement en huitième position pour le panier moyen de dépenses des visiteurs… Face à ce différentiel inquiétant, quel responsable politique pourrait encore douter de la nécessité d’agir?

Le shopping est aujourd’hui une activité à part entière de l’offre touristique, c’est même l’activité qui connait la plus forte croissance selon les professionnels du secteur.

Les touristes en progression viennent de Chine (+27%), du Brésil (+22%),  du Moyen-Orient (+21%), de Russie (+9%), d’Australie (+16%), sans compter le retour des américains (+15%). Pour eux, le shopping dans la capitale de la mode constitue un réel facteur d’attractivité. Or, ce sont précisément ces visiteurs à forte croissance qui consacrent le budget le plus important dans notre capitale. C’est donc bien là que se situe le potentiel de croissance des recettes touristiques pour Paris.

L’ouverture dominicale des magasins n’est pas seulement une question d’image de dynamisme face aux économies à forte croissance, c’est avant tout un moyen de capter des dépenses supplémentaires.

Les salariés ont bien compris l’intérêt que peut leur apporter le travail le dimanche : dans de très nombreux cas, les enseignes comptent plus de volontaires que de postes à pourvoir ; fait rare, on a même pu voir des salariés manifester pour avoir le droit de travailler ; un sondage d’Opinion way montrait encore en avril dernier que 33% des salariés y sont favorables à condition de gagner plus…Volontariat, doublement du salaire et jour de repos compensatoire, ce sont les trois conditions qui doivent permettre cette évolution. L’ouverture d’un dialogue social, branche par branche, en fonction de la taille des entreprises, s’avèrerait la meilleure façon de trouver un contrat gagnant-gagnant entre les différents acteurs.

Les parisiens, eux aussi, tous les sondages le prouvent, voient dans l’ouverture des commerces le dimanche une adaptation moderne aux nouveaux modes de vie urbains : les rythmes de vie et les modes de consommation ont évolué. L’ouverture des commerces le dimanche représente pour eux, non seulement une offre de confort, mais aussi une demande liberté dans l’organisation du quotidien. Il ne s’agit pas de rompre les équilibres traditionnels, mais de les rendre compatibles avec la vie telle qu’elle est.

La volonté du Président de la République de faire du tourisme "une grande cause nationale", relayée par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, s’annonçait comme une prise de conscience. Après des années de passivité coupable de la municipalité parisienne, on était en droit de penser que la décision de lancer une nouvelle Mission d’Information et d’Evaluation irait dans le même sens. Si la proposition venait du gouvernement socialiste, l’espoir d’une remise en question était possible…

Pourtant, malgré des mois d’auditions et de consultations, le passage à l’action ne semble toujours pas d’actualité. A Paris, on continue à tergiverser, à se recroqueviller sur de vieux réflexes idéologiques,  à ignorer les réalités des grandes métropoles internationales. Pire, face aux dissensions internes de sa majorité municipale et son refus d’une véritable évolution pour l’attractivité de la capitale, la Maire de Paris risque de se voir dessaisie de son pouvoir de décision par le gouvernement qui présentera son projet de loi en conseil des ministres le 10 décembre prochain.

L’Etat a décidé de passer outre, mais qui pourrait comprendre qu’Anne Hidalgo refuse encore de reconnaître le secteur des grands magasins-Haussmann comme zone touristique? Ce refus de l’évidence est symbolique des postures idéologiques et des rigidités d’un autre temps qui agitent sa majorité hétéroclite…

Tandis que dans son propre camp des voix dissonantes commencent à s’exprimer, fatiguées de cet entêtement dans l’inaction, la maire de Paris peut encore composer une majorité d’idées avec le centre et la droite, et ceux qui, conscients de l’importance de préserver l’attractivité de la capitale, sont prêts à faire évoluer l’ouverture dominicale des commerces.

Alors, Madame Hidalgo, osons le dimanche, avant que le gouvernement ne vous l’impose!

* Par Anne Tachène, conseillère de Paris (15e arrondissement) et membre de la Mission d’information et d’évaluation sur le travail dominical et nocturne à Paris.

Anne Tachène
mercredi 03 décembre 2014
 
La France ne se réforme pas assez vite, selon Christian Noyer Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Nous proposons à Christian Noyer le même défi qu'à Pierre Gattaz et quelques autres : produire UNE SEULE étude crédible démontrant que dans le contexte actuel, le travail du dimanche (ou de nuit) crée de l'emploi. Qu'il aille demander à Jean-Claude Bourrelier (de remords), s'il manque d'inspiration !

Boursier, 14/11/2014

(Boursier.com) — Alors que l'Institut national de la statistique a publié ce vendredi matin les chiffres de la croissance pour le troisième trimestre (+0,3%, mieux que prévu), le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, estime que les réformes ne vont pas assez vite, ce qui freine l'activité. Dans une interview accordée aux 'Echos', il préconise plusieurs pistes de travail...

Des mesures simples et rapides

A court terme, "une franche libéralisation du travail le dimanche" ou encore la réduction accélérée des réglementations qui freinent la construction de logement" sont faciles à mettre en oeuvre et créerait de l'activité rapidement. Notons que le projet de loi Activité - dont les grandes lignes ont été présentées récemment - prévoit justement de simplifier la réglementation du travail du dimanche. "Nous devons permettre à celles et ceux qui veulent travailler de pouvoir travailler (ce jour là) lorsque c'est leur volonté, lorsqu'ils sont compensés comme il se doit en termes salariaux et en termes de repos, mais parce qu'ils veulent accéder à ce plus d'activité", a déclaré le 15 octobre dernier, le ministre de l'Economie.

Emmanuel Macron a aussi évoqué une simplification des règles en matière d'urbanisme et de logement...

Réformer le marché du travail

A moyen terme, Christian Noyer plaide pour une réelle réforme du marché du travail. Il préconise notamment de "revoir les mécanismes d'indexation du SMIC, donner plus de latitude aux partenaires sociaux dérogeant à la durée légale du travail dans l'entreprise, assouplir les règles du licenciement". Des pistes également évoquées par le leader du Medef, Pierre Gattaz. Ce dernier a fait polémique en évoquant la nécessité de sortir de la convention 158 de l'Organisation internationale du travail (OIT) qui contraint les chefs d'entreprises à justifier les motifs en cas de congédiement... 

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 9 sur 31

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS