Accueil arrow Les news arrow La Résistance arrow Non à l'ouverture dominicale des grandes surfaces
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
Non à l'ouverture dominicale des grandes surfaces Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

L'Est Eclair, 3/01/2013

Nogent-sur-Seine- La Ville de Nogent-sur-Seine va transmettre au préfet un vœu contre l'ouverture des supermarchés le dimanche

Ces derniers mois, des grandes surfaces de Nogent-sur-Seine ont commencé à ouvrir le dimanche. Une ouverture qu'on ne voit pas d'un bon œil du côté de la mairie. Lors de sa dernière réunion, le conseil municipal a exprimé son désaccord à travers un vœu.
La Ville a choisi cette solution, à défaut de pouvoir interdire les initiatives des supermarchés. « Pour une autorisation d'ouverture ponctuelle, le conseil municipal donne son avis. Mais quand il s'agit d'une ouverture à l'année, ce n'est pas du ressort de la mairie », précise le maire, Gérard Ancelin. Les élus ont malgré tout voulu faire valoir leurs inquiétudes par rapport au commerce de centre-ville.
« Nous considérons que c'est une menace pour la survie des magasins de proximité traditionnellement ouverts le dimanche et qui offrent un service aux populations de centre-ville » pointe du doigt Thierry Neeser, premier adjoint. « Nous avons constaté le retour en centre urbain de personnes âgées ou ne possédant pas de véhicule car elles disposent de l'ensemble des services au cœur de la cité. Ces magasins du centre participent également à l'animation des petites villes », souligne l'élu. « L'ouverture des grandes surfaces 7j/7 risque à terme de voir un centre-ville déserté, ce qui serait préjudiciable à l'ensemble des commerçants. »
 

Moins de monde au centre-ville


Aujourd'hui, des petits magasins le ressentent déjà. « Les deux derniers dimanches, on a vu moins de monde l'après-midi », avoue l'employée d'une boulangerie-pâtisserie. « Ça va nous faire du tort ! »
Un constat partagé par une consœur. « On voit beaucoup moins de monde », confirme cette vendeuse. « C'est lamentable de laisser faire. Les clients qui font leurs courses au supermarché ne vont pas revenir après au centre-ville pour acheter leurs baguettes. Or, ce sont les petits commerces de proximité qui font vivre Nogent. Si on leur retire encore des clients… Mon patron en est à se demander s'il ne va pas fermer le dimanche. »
La supérette de la Grande-Rue-Saint-Laurent en fait aussi les frais. « Nous venons de reprendre l'enseigne. D'après l'ancienne gérante, ça marchait très bien avant le dimanche. Mais depuis que les grandes surfaces ouvrent, le magasin a perdu 30 % à 40 % de son chiffre d'affaires. »
Le vœu du conseil municipal va être transmis au préfet de l'Aube. S'il a voté pour « par solidarité », le conseiller Vincent Tillet trouve néanmoins que s'opposer ne va pas résoudre le problème. De son côté, Jean-François Loreau tient à faire remarquer que « le commerce de proximité ne fonctionne pas que le dimanche. Il faut y aller la semaine aussi. »

Rétrolien(0)
Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
quote
bold
italicize
underline
strike
url
image
quote
quote
smile
wink
laugh
grin
angry
sad
shocked
cool
tongue
kiss
cry
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS