Accueil arrow Les news arrow La Résistance
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
La Résistance
Non à l'ouverture des grandes surfaces, le dimanche - Landivisiau Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Ouest France, 30/3/12

L'assemblée générale de Landi commerces s'est tenue mardi soir, salle Lyautey, en présence d'une cinquantaine d'adhérents. L'un des sujets majeurs de cette soirée fut celui de l'ouverture des grandes et moyennes surfaces, le dimanche matin. Les commerçants sont contre. Ils ont évoqué un courrier adressé au préfet demandant une table ronde sur ce sujet. Pour l'instant, sans réponse. Le Super U est aussi à l'origine d'une pétition que les commerçants font actuellement signer à leur clientèle.

Déjà deux licenciements

Les participants se sont inquiétés des retombées dans les commerces du centre-ville et dans ceux des bourgs voisins. M. et Mme Burel, gérants du Shopi, affirment « être passés de 700 à 300 clients, le dimanche. Avec deux licenciements comme conséquence immédiate... » Dans le même temps, le Shopi de Plouvorn a, semble-t-il, perdu 30 % de son chiffre d'affaires dominical. [...]

 

 
Grève dominicale à la Maison des savoirs Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

MidiLibre, 18/3/2012

Pour beaucoup d’agents travaillant à la médiathèque Maison des savoirs d’Agde, le mot était virtuel. Certains n’avaient jamais arrêté le travail pour exprimer leur ras-le-bol face à une situation sociale qu’ils jugent bloquée par la mairie. Et pourtant, les habitués de cette institution culturelle ont trouvé porte close.

Et ils devraient, lors des deux prochains dimanches, ne pas pouvoir la franchir. Un préavis de grève avait été lancé vendredi dernier par l’intermédiaire de la CGT. La cause ? La rémunération du travail du dimanche. Les employés précisent que le mouvement est unanimement suivi, à l’exception d’une abstention lors d’un vote interne. Et ils indiquent que, depuis le début de l’année, les heures supplémentaires qui leur étaient jusqu’alors comptées pour travailler le dimanche ont été supprimées. Et à la place, une prime de quelques euros, qu’ils trouvent aussi ridicule qu’inappropriée, ne les satisfait pas. Ils dénoncent, en outre, des erreurs en leur défaveur sur les derniers bulletins de paie.

 
Les petits commerçants du Louannais réfléchissent à une action commune Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

JSL, 16/3/12

Déjà auteurs d’une lettre pour dénoncer l’impact important de l’ouverture dominicale des supermarchés, les petits commerçants ont réfléchi hier à de nouvelles actions.

Ils sont venus de Louhans, mais aussi de Sagy, Le Fay. Certains sont boulangers, d’autres bouchers, épiciers ou buralistes. Hier après-midi à Louhans, tous ont évoqué une problématique commune : l’ouverture des supermarchés le dimanche matin.

Les représentants de ces derniers, étaient absents hier, au regret de tous. Si elles sont nommées, les grandes surfaces ne sont pas attaquées, l’objectif était d’entamer une discussion.

« Ils nous disent aujourd’hui vouloir répondre aux demandes de leurs clients, explique Frédéric Bouchet, président de l’association l’Elan du Louhannais. Nous, ce qu’on aimerait, c’est au moins qu’ils cessent leurs activités de boulangerie et de boucherie durant la période estivale. Sinon ce sera l’escalade. »

Les actions envisagées

Autour de la table, le boucher du Fay ou le buraliste de Sagy évoquent déjà des chiffres catastrophiques. L’heure serait donc à la réaction. Mais laquelle ? Une convention est évoquée par les uns, mais balayée par d’autres comme Rémi Chaintron « ils n’ont aucune raison de l’accepter. »

Balayées aussi pour l’heure des manifestations ou pétitions. Si chacun explique qu’il faudra autant sensibiliser le consommateur que les responsables de grandes surfaces. L’heure n’est pas aux actions devant les supermarchés.

Au final, c’est l’idée d’une affiche qui a été retenue. Cette dernière, visant à informer les acheteurs de la situation, devrait être placardée sur chaque vitrine des petits commerces concernés.

En parallèle, les commerçants veulent profiter des réseaux de leurs corporations respectives et des élections à venir pour faire remonter le débat.

 
Pas de repos à Auchan Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le JSL 12/3/12

Hier matin, les salariés d’Auchan étaient une nouvelle fois mobilisés afin de protester contre l’ouverture de l’hypermarché le dimanche. Le mouvement ne semble pas s’essouffler.

SVP, laissez-nous nos dimanches ! ». La supplication inscrite sur une longue banderole barre en partie l’accès à la grande surface. Hier matin, pour ce quatrième dimanche consécutif d’action, les salariés d’Auchan ont décidé de passer la vitesse supérieure. Installées à l’entrée du rond-point donnant accès à l’hypermarché, une quarantaine de personnes, avec parmi eux quelques militants du Front de Gauche, distribuent des tracts. Objectif : informer la population de leur situation. Depuis le 19 février dernier, la direction du groupe Schiever, auquel appartient le magasin, a décidé l’ouverture chaque dimanche matin de 9 heures à 12 h 30.

« Nous voulons sensibiliser sur la banalisation du travail dominical raconte le communiqué distribué aux automobilistes. Si Auchan ouvre le dimanche, toutes les grandes surfaces suivront ». Derrière cette décision, c’est l’avenir du commerce de proximité qui est en jeu selon eux. « Si on commence d’ouvrir les dimanches, c’est la mort des petits commerces » assure l’un des manifestants. « Le pire c’est que si on ouvre le dimanche, Maximarché, qui fait partie du même groupe que nous, risque de fermer ! » s’emporte un autre.

73 % d’opposants

Au-delà de ces questions de principe, c’est aussi la méthode qui agace sérieusement. « La direction veut nous faire travailler le dimanche matin sans rémunération supplémentaire explique Maxime Jacquet, secrétaire général du syndicat CGT. Car la semaine de travail est passée de six à sept jours en effectuant le même nombre d’heures ». Une maladresse selon lui à l’origine de ce mouvement de contestation. « S’ils avaient au moins proposé une prime pour les salariés acceptant de travailler le dimanche, on n’en serait pas arrivé là » dit-il.

Cette semaine, le dernier accord proposé par la direction a fait l’objet d’un refus cinglant. Lors d’un vote consultatif auquel 85 % des 82 salariés ont pris part, près de 73 % ont affiché leur opposition. De quoi renforcer les manifestants qui tiennent à préciser que « le travail du dimanche est contractuel seulement pour les salariés embauchés récemment ». Pour les autres, en l’absence de mention au contrat de travail, le travail dominical se fait sur la base du volontariat. Faute d’accord, les actions devraient se poursuivre encore. Quant aux clients, une poignée seulement était présente.

 
Ouverture du Super U : le collectif suspend ses actions - Plabennec Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Ouest France, 9/3/12

Le collectif de consommateurs, qui se mobilise depuis le 12 février pour demander la fermeture du Super U le dimanche matin, a rencontré une première fois M. Le Bourhis, PDG du magasin, le mardi 28 février à sa demande. Rencontre où chacun a pu exposer ses arguments. Lors d'une seconde rencontre, le samedi 3 mars, M. Le Bourhis a annoncé la fermeture du Super U le dimanche matin jusqu'à fin avril.

Fort de ce résultat, le collectif suspend son action pour le moment. Le collectif se félicite de la décision du Super U qui a su revoir sa position. « Nous remercions toutes les personnes qui se sont mobilisées, ont signé la pétition et ont accepté de discuter sur cette question de société. Ainsi, elles ont pu affirmer leur attachement au repos dominical, garant d'une vie sociale et familiale de qualité. Les nombreux échanges et liens suscités par cette action ont montré l'intérêt et l'adhésion d'une grande partie de la population à ce mouvement et à la réflexion engagée. »

Le collectif remettra les pétitions à la direction du Super U en fin de semaine et reste vigilant pour se mobiliser à nouveau si cela s'avère nécessaire.

 
Les commerçants d’attaque contre Atac Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

L'Yonne, 27/2/2012

L'assemblée générale de l'Association des commerçants et artisans de Pont-sur-Yonne (ACAP) a eu lieu la semaine dernière, à la salle des fêtes.

Jean-Marie Turbelin, président de l'ACAP, a dénoncé encore une fois l'ouverture du magasin Atac le dimanche matin. « Malgré notre combat pacifique contre l'ouverture dominicale de cette grande surface, pour nous défendre contre une pratique qui met en danger la survie du petit commerce, rien n'a abouti ! »

150 courriers envoyés

Le président ajoute : « En un an, 150 courriers ont été envoyés à tous les élus, aussi bien départementaux que nationaux. Le résultat met en évidence le peu de soutien que nous avons obtenu. Quoi qu'il en soit, l'ACAP compte continuer son action, surtout quand certains courants politiques semblent vouloir appuyer ces ouvertures dominicales des grandes surfaces, soit disant créatrices d'emplois. Chose qui reste à prouver. »

Jean-Claude Clergial

 
Carrefour market : 7 e dimanche de protestations ce 26 février - Couëron Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ouest France, samedi 25 février 2012

Les Unions locales (UL) CGT de la Basse-Loire et de Saint-Herblain appellent à un nouveau rassemblement, ce dimanche, de 9h à 12h, devant l'enseigne Carrefour-Market de Couëron, suite à son ouverture dominicale depuis le 22 janvier. « Après six semaines, la détermination reste engagée et résolue face à une situation politique qui conduit à une remise en cause du progrès social et humain», annoncent les représentants syndicaux qui s'opposent formellement au travail du dimanche dans le grand et moyen commerce et, selon eux, « détruit la vie de famille et se met au service d'un système économique, financier aveuglé par les profits et les dividendes des actionnaires, qui en veulent toujours plus. »

Désormais au nombre de quatorze organisations associatives (défenses des consommateurs...), syndicales, ou politiques représentées chaque dimanche matin depuis six semaines lors des protestations, « celles-ci ont su affirmer, sous des formes diverses d'expression et de présence, leurs engagements pour dire stop à la destructuration de la vie au travail et de la famille, déclare Rémy Troadec, représentant CGT. Ce combat commun ne peut que se poursuivre. La CGT considère qu'il s'agit d'acquis de convergences indéniables pour le maintien du progrès social et son évolution. Dans ce sens, le rassemblement de ce dimanche ne peut que confirmer ces convergences sociales d'avenir. Nous nous félicitons également des divers soutiens, individuels ou associatifs ». Un rendez-vous est pris par les protestataires à l'inspection du travail le lundi 27 février.

 
Europe Ecologie manifeste devant le Super U - Plabennec Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Ouest-France, 24/2/12

Le groupe Europe Ecologie Abers-Iroise (EEAI) est opposé à l'ouverture dominicale de certains magasins, permises par la loi du 10 août 2009 et que « le candidat Nicolas Sarkozy veut encore étendre ».

Pour cette raison, le groupe soutient la contestation d'un collectif de consommateurs contre l'ouverture du Super U de Plabennec le dimanche matin. EEAI veut « que l'on respecte le repos dominical, jour de la semaine consacre à la vie familiale, aux loisirs, aux sports, au culte pour certains. Quand le pouvoir d'achat de beaucoup diminue, il est utopique de vouloir gagner plus en ouvrant plus longtemps les magasins. Ces magasins vont voir leurs charges augmenter (énergie...) sans voir leurs marges suivre le même chemin ». Pour EEAI, « la société de consommation est déjà trop envahissante. Elle ne doit pas nous écraser et nous priver de liberté ».

Par ailleurs, le collectif de consommateurs plabennecois appelle les habitants de Plabennec et des communes voisines, à venir manifester leur soutien dimanche prochain 26 février entre 9 h 30 et 12 h 30 devant le Super u (comme ils l'ont fait depuis le 12 février). « Ce mode d'action sera poursuivi tant que nécessaire, mais d'autres initiatives seront mises en place pour obtenir gain de cause : par exemple, la mise en place d'une pétition à faire signer massivement, qui sera remise ensuite à la direction du Super U. »

 
Super U ouvert le dimanche : des consommateurs disent « non ! » - Plabennec Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Ouest-France, 13/2/12

Le Super U de Plabennec est ouvert chaque dimanche matin depuis quelques semaines. Cette ouverture fait réagir un collectif de consommateurs plabennecois qui, avec le soutien de l'association de consommateurs et usagers (CLCV), a décidé de dire « non, à cette ouverture le dimanche ».

Un appel à manifester avait été lancé durant la semaine et une bonne centaine de personnes se sont retrouvées devant les portes du magasin dimanche matin pour distribuer des tracts aux clients. De nombreux conseillers municipaux étaient présents ainsi que le conseiller général, Christian Plassard.

Pour le collectif, « cette ouverture est la mort des petits commerces, tout le monde a droit au repos dominical et le travail dominical se fait au détriment de la vie familiale et sociale des salariés ». Quelques membres du personnel ont fait une apparition rapide mais n'ont pas souhaité se faire remarquer de la direction. En revanche, de nombreux salariés d'Intermarché étaient également présents, car si Super U reste ouvert le dimanche matin, Intermarché ouvrira aussi ses portes au même moment dès le mois de mars.

La mobilisation ne fléchit pas et le collectif appelle les consommateurs « responsables » à manifester à nouveau, dès 9 h 30, le dimanche 19 février, sur le parking du Super U.

 
Gueugnon - Mobilisés contre le dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le JSL 20/01/12

L’hypermarché Auchan devrait ouvrir les dimanches matin, courant février. Mais une partie des salariés ne l’entend pas de cette oreille.

L’ouverture de l’hypermarché Auchan le dimanche matin fait grincer des dents parmi les salariés. La décision, émanant du groupe Schiever dont dépend le magasin, est tombée la semaine passée et prendra effet à la mi-février.

Si le travail dominical fait, en lui-même, l’objet de nombreuses réticences, c’est surtout l’absence de compensation qui interroge. « Il n’est pas question de repos compensatoire, ni de rémunérations supplémentaires », indique Maxime Jacquet, représentant du personnel. Le principe est simple : une part des heures habituellement travaillées en semaine serait reportée au dimanche.

Si le groupe a déjà opéré à des ouvertures le dimanche sur ses magasins de Clamecy et de Tonnerre, une mobilisation se met tout de même en place, menace de grève à l’appui. « On s’interroge sur la légalité d’une telle ouverture, poursuit Maxime Jacquet, après un entretien à l’union locale CGT. On sait qu’il est possible pour la vente de produits alimentaires. Or, tout ce qui concerne les produits frais (boulangerie, boucherie, etc.), serait fermé ce jour-là ». De son côté, le directeur du magasin, Philippe Perrot, n’a pu être joint.

Concurrence au sein du même groupe

Aujourd’hui, deux enseignes gueugnonnaises ouvrent déjà leurs portes le dimanche matin : Intermarché et Maximarché, plus communément appelée la « Coop », place des Forges. L’ouverture d’un troisième magasin ce jour-là déboucherait sur une situation de concurrence plutôt étonnante : Auchan et Maximarché appartiennent en effet au même groupe, le groupe Schiever…

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 31 - 40 sur 266

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS