En Savoie, "les Guerrières d'Albertville" ont lutté 4 ans contre le travail dominical

Alors que le vote de la Loi Macron faisait rage, ce mardi 17 février dans l'après-midi, à l'Assemblée nationale, celles qu'on avait surnommées "les Guerrières d'Albertville" ont vécu les débats avec passion et amertume.

  • France 3 Alpes
  • Publié le 17/02/2015 | 20:59, mis à jour le 17/02/2015 | 21:35
On les avaient surnommées "Les Guerrières d'Albertville"
On les avaient surnommées "Les Guerrières d'Albertville"
Reportage. Corinne Pointet, déléguée CGT a accepté de revenir sur le parking du supermarché où elle a travaillé des années. Il s'appelait ED à l'époque. Il affiche désormais l'enseigne DIA et elle ne fait plus partie de l'entreprise depuis un an.

Elle se souvient de ce combat, 104 dimanches exactement, pendant 4 ans, durant lesquels elle s'est battue avec ses collègues.

"Ce qui me dérange le plus", dit-elle, "c'est qu'en 2009, c'est la Droite qui voulait faire passer la loi sur le travail du Dimanche et le PS nous disait "yes week-end". A présent, c'est la Gauche qui veut priver les salariés de ce droit. Je suis en colère, on écoute pas les femmes, on écoute pas le peuple".

De toutes les "Guerrières ", Peggy Schiltz est la seule encore en poste au supermarché qui ouvre désormais tous les dimanches matins. Elle, refuse toujours de travailler ce jour-là. 

Reportage de Céline Aubert & Nathalie Rapuc
Les Guerrières du dimanche
Rétrolien(0)
Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire

busy