Accueil
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
Pétition pour le Dimanche

Déjà plus de 107.000 signatures ! Vous aussi, signez la pétition du CAD.

La pétition présentée par le CAD a obtenu plus de 107.000 signatures authentifiées (au contraire de la pétition-bidon du Dr Carabistouille !)
- Pétition électronique : 99.000 signatures au 01/10/13
- Pétition papier : 8.107 signatures au comptage du 15/01/12
   Merci à tous ceux qui out téléchargé et fait signer la pétition papier, voir cette page !

Suivez le CAD sur Twitter

Derniers commentaires
Charles Beigbeder : «Le repos dominical ...
affiche de la cftc... entre temps, ils ont signé le travail du dimanche dans le bricolage... comme la cfdt et la cgc
Volontaires d'office
TRAVAIL du DIMANCHE = WEEK-END COMPLET à travailler. Ne confondez pas faire vos courses le dimanche et travailler le ...
Le Dr Carabistouille efface ses traces
Biensur que c 'est son choix sinon elle prendzs la porte alors elle a le choix soit bosse soit dégage.
300 personnes manifestent contre l’ouver...
Je suis contre le travail du dimanche, pour certaines raisons : 1 ère ce ne sont que les étudiants ou pe...
Bricolage: magasins ouverts dimanche mal...
Contrairement à ce que colporte Le Point, la loi n'accorde à aucun établissement "le droit d'ouvrir cinq dimanches...
Travail du dimanche: le gouvernement pré...
Encore des arguments d'employeurs contre un décret pérénisant le travail le dimanche pour le négoce du bâtiment "...
Travail du dimanche: le gouvernement pré...
Le repos dominical n'est pas pour les plus pauvres et décision du Conseil d'Etat Le pape François a appelé les ch...
Bricolage : l'ouverture des magasins le ...
Une preuve supplémentaire, s'il en fallait, de l'indépendance de nos juridictions administratives vis à vis du pouvoi...
Pourquoi le travail du dimanche ne scand...
http://www.ladepeche.fr/article/2008/12/14/509220-loi-instaurant-repos-dominical-1906-issue-long-conflit-social.html
Ouvrir les bibliothèques le soir et le d...
Quelle tristesse de voir ces personnalités militer pour une régression sociale aussi importante, vouloir fracasser les...
Citations

Le combat de 2012, c'est de préserver le principe du repos dominical, c'est-à-dire de permettre aux travailleurs de consacrer un jour de leur semaine à leur famille, au sport, à la culture, à la liberté. Et j'y veillerai !.

François Hollande

Président de la République Française - Mai 2012

Tous ouverts ou tous fermés, mais tous égaux.

 

Jean-Claude Bourrelier

Patron de Bricorama

De mauvaises lois sont la pire sorte de tyrannie.

Edmund Burke
Ecrivain

Le débat qui nous occupe est infiniment [...] profond [...] Nous sommes bien face à un choix de société qu’il nous faut trancher.

Jean-Marc Ayrault
Premier Ministre
Extrait de la discussion du 7 juillet 2009 à l’Assemblée Nationale

Je m'oppose absolument et formellement au travail du dimanche qui détruit la vie de famille et se met au service d'un consumérisme aveuglé.

Jean-Luc Mélenchon
Ancien ministre, député européen, sénateur, conseiller général
candidat 2012 à la présidence de la République

Dans la semaine, il y a six jours pour avoir, et un jour pour être.

Hervé Mariton
Ingénieur des Mines
Député UMP de la Drôme

Le travail du dimanche n'enrichit pas.

Proverbe italien

Cliquez sur ce lien pour recevoir par mail les derniers articles parus !

Le travail du dimanche en question

↑ copier cette bannière

 

Chercher via Google
Il y a actuellement 12 invités en ligne
Articles les plus commentés
Articles les plus lus
Espace membres





Mot de passe oublié ?
(cela permet essentiellement d'être averti de nouveaux messages de commentaires)
Recommandé par
Le dimanche, j'y tiens !
Recommandé par des Influenceurs
Syndication
Bourrelier avoue : Pas plus de clients qu'en 2013 chez Bricorama Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Les Dossiers - Le bricolage
21-09-2014

Que voilà une nouvelle réjouissante ! Monsieur Bourrelier avoue que le nombre de client de 2014 est le même que pour 2013 ! Malgré l'ouverture des magasins Bricorama le dimanche, obtenue de haute lutte, la fréquentation et le chiffre d'affaires n'ont pas varié.

Et pourtant on se souvient du « plan marketing » gratuit offert à cette enseigne par tous les organes de la presse écrite, le passage dans TOUS les journaux télévisés de toutes les chaînes et particulièrement des chaînes d'information continue et tous les suppléments économiques de tous ces médias qui à l'occasion de la dérogation au repos dominical obtenue par Monsieur Bourrelier lui ont offert une tribune telle qu'aucune puissance financière de la grande distribution n'aurait pu s'offrir.

Cet aveu, corrobore tout ce que nous disons de la tromperie de ceux qui prônent l'ouverture des commerces de la grande distribution le dimanche.

1/ ouvrir un septième jour ne donne aucun, pouvoir d'achat supplémentaire, la clientèle se répartit sur 7 jours au lieu de 7, mais n'augmente ni ses visites, ni ses dépenses

2/ ceci est d'autant plus vrai que les magasins de l'enseigne « Bricorama » ne sont pour la plupart pas situés dans les zones commerciales de forte chalandise

3/ que la seule façon d'augmenter fréquentation et chiffre d’affaires, c'est de tuer le petit commerce de proximité et de prendre les dernières parts de marché qui échappent au commerce organisé

Nous pensons que fort de ce constat :

1/ le P.D.G. de « Bricorama » va supprimer les emplois qu'il aurait éventuellement créés pour faire face à l'afflux de clientèle espérée

2/ qu'il va réorganiser son personnel pour adapter l'accueil au potentiel de visiteurs

3/ que la bonne gestion va l'obliger à supprimer les éventuels primes octroyées pour compenser la pénibilité du travail du dimanche ou bien, qu'il va purement et simplement fermer ses points de vente ce jour là et offrir à ses salariés un jour de repos bien gagné et ainsi leur permettre de vivre un jour pour eux, pour leur famille, pour leurs amis, pour les associations, pour la société, le bien vivre ensemble et le bien commun.

Merci de votre franchise Monsieur Bourrelier !

Ouest-France , 19/09/14

Selon le PDG de Bricorama qui s'est battu pour le travail dominical, entre 2013 et l'autorisation d'ouverture le dimanche son groupe n'a pas reçu plus de clients.

« L'analyse des chiffres montre qu'au cumul depuis le début de l'année, nous n'avons reçu que le même nombre de clients qu'en 2013 alors que nous avons le bénéfice de l'ouverture du dimanche », souligne le PDG dans une lettre aux salariés parue en août.

Il pointe également « des performances inférieures » à la concurrence qui devront être corrigées « très rapidement », alors que ses magasins ont « retrouvé la possibilité d'être ouverts le dimanche comme nos concurrents dans les régions et les magasins où nous le souhaitions ».

Un appel à la mobilisation

Pour pallier « cette première contre-performance », le PDG appelle les salariés à la« mobilisation aussi bien à la centrale que dans les magasins ». La direction de l'enseigne a expliqué que M. Bourrelier estimait plutôt que « les clients perdus le dimanche se récupèrent difficilement »

«Nous avons souffert de la concurrence déloyale, cela nous a pénalisé et, du coup, les clients reviennent difficilement », a ajouté une porte-parole de l'enseigne. Bricorama dispose de 92 magasins en France et emploie un peu plus de 2 600 salariés.

« Pas plus de pouvoir d'achat »

Cette lettre a été transmise par le syndicat Force ouvrière qui rappelle dans un communiqué que« l'ouverture d'un 7e jour n'offre pas plus de pouvoir d'achat aux clients ». Les magasins de bricolage sont autorisés à ouvrir les dimanches depuis le début de l'année.

 
Travail du dimanche, jours fériés, même combat Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
11-09-2014

Rien qu'en juillet, notre balance commerciale présente un déficit de 5,5 milliards d'euros (plus de 50 milliards dans l'année).

Alors que nos 5,5 millions de chômeurs ne produisent rien qui contribue à la production nationale,il faut donc tout faire pour que ceux qui travaillent en fassent encore plus pour compenser notre chômage de masse perpétuel.

D'où cette fabuleuse idée de faire travailler 2 jours de plus ceux qui bossent déjà.

Le génie n'a pas de limite !

Le télégramme, 10/09/2014

Le Medef prépare sa rentrée. Et dans la foulée du discours de Manuel Valls, très apprécié par les patrons français, s'apprêterait à faire des propositions chocs pour relancer l'économie. Selon Europe 1, "un document de 50 pages élaboré en collaboration avec les fédérations" contient une liste de mesures qui permettraient de relancer l'embauche en France. Parmi elles, la suppression de deux jours fériés et du smic. Ce plan pourrait être présenté dès la semaine prochaine, le 17 septembre, selon la radio nationale, à moins que Pierre Gattaz, le patron du Medef, ne choisisse d'aborder le sujet au cours de sa conférence de presse mensuelle, programmée le 16 septembre.

 
Les aberrants propos de Pierre Gattaz Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les CONTRE
10-09-2014
gattaz.jpg

CAD, 10/09

C'est un jeu bien curieux, que joue Pierre Gattaz.

En effet, selon l'AFP, le président du Medef estime que la baisse de charge prévue par le pacte "de responsabilité", "ne suffira pas puisqu'elles ne feront que compenser les 40 milliards d'euros de charges supplémentaires imposées selon lui aux entreprises depuis 2011 et qui "minent la compétitivité des entreprises". "Il faut aller au-delà. Il faut peser sur des leviers qui peuvent relancer la croissance et qui ne sont pas budgétaires (on les connaît tous : les seuils, le travail le dimanche et le soir, les verrous sectoriels, etc.)", ajoute-t-il. Il s'agit là de pistes sur lesquelles le gouvernement s'est lui aussi engagé à travailler." (source : BOURSORAMA / AFP )

Vous avez bien lu.

Le président du MEDEF estime que, pour relancer la croissance de la France, il faut modifier les seuils sociaux, faire travailler les salariés le dimanche et la nuit, et supprimer les professions réglementées.

Nous, nous sommes restés sans bras, devant des affirmations aussi dénuées de réalisme, et aussi marginales dès lors que l'on parle de relancer la croissance d'un pays.

Les personnes autorisées ne manqueront pas de fournir un avis compétent sur l'effet de la modification du nombre des représentants des salariés, ou de celui de la déréglementation de certaines professions sour la croissance nationale. Nous doutons fort que ces avis soient enthousiastes.

Mais pour ce qui nous concerne, en ce qui regarde le travail du dimanche, nous sommes formels : dans le contexte économique qui est le notre, le travail du dimanche (ou le travail de nuit, puisque M. Gattaz veut apparemment pouvoir acheter son sandwitch à 10 heures du soir...) ne crée aucune croissance, et aucun emploi.

Nous ne sommes pas sans nous interroger sur les motivations qui poussent le président du MEDEF à affirmer de telle aberrations, dont il ne peut ignorer qu'elle sont parfaitement fausses. 

Nous défions à nouveau publiquement M. Gattaz de présenter un seul économiste (qui ne soit pas salarié des Galeries Lafayettes, cela va sans dire) qui oserait dire que le travail du dimanche, dans le contexte économique qui est le notre, va créer un seul milliardième de point de croissance. Où sont les "dizaines de milliers d'emplois que le Docteur Mallié avait promis ?

Cela fait plusieurs fois, par courrier ou par notre site, que nous lui lançons ce défi, et jusqu'aujourd'hui, il s'est bien gardé de répondre... En revanche, nous tenons à sa disposition les conclusions du CNRS ou de l'OFCE, sur lesquelles nous basons nos propos. 

A vous lire ou vous entendre, M. Gattaz. 

  

Lire la suite...
 
Travail du dimanche: Rebsamen réaffirme le principe du «repos dominical» (tu parles !) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Carabistouilles
10-09-2014

Deux coups en avant, un coup en arrière, ça fait quand même un coup en avant.

Devant la fronde de l'ensemble du corps social face à la volonté affichée de l'exécutif de gouverner par ordonnance, et par là de déréguler encore davantage le repos dominical, François Rebsamen y est allé de sa déclaration : «Le repos dominical, c'est le principe», a-t-il déclaré sur i-Télé, excluant une «généralisation du travail du dimanche».

Tu parles. 

Les mots du Ministre sont exactement les mêmes que ceux introduisant la loi Mallié : "PROPOSITION DE LOI réaffirmant le principe du repos dominical et visant à adapter les dérogations à ce principe dans les communes et zones touristiques et thermales ainsi que dans certaines grandes agglomérations pour les salariés volontaires". Il s'agissait aussi de réaffirmer le principe, et de ne parler que de dérogations, pas de généralisations.

C'est dire que nous n'accordons aucun crédit à cette déclaration.

Ce que nous réclamons, c'est l'abrogation pure et simple de la loi Mallié, celle la même que François Hollande, Jean-Marc Ayrault, et tout le groupe PS avait fougueusement combattue en son temps, et non la préparation, à l'aide de chiffres truqués, d'une nouvelle dérégulation du repos dominical, qui n'est demandée que par M. Gattaz, et les propriétaires des grandes firmes de distribution, et qui n'aura aucun impact ni sur l'emploi (sauf négativement), ni sur la croissance.

TRAVAIL - Le ministre du Travail François Rebsamen s'est dit par ailleurs favorable à des «exceptions, des dérogations à ce principe du repos dominical»…

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a réaffirmé ce mardi le «principe» du «repos dominical», en précisant que le mode de réforme du travail du dimanche, ordonnances ou projet de loi, n'avait pas encore été «arrêté» par le gouvernement.

«Le repos dominical, c'est le principe», a déclaré François Rebsamen sur i-Télé, excluant une «généralisation du travail du dimanche».

Rappelant qu'on ne connaissait pas «très bien le solde» des emplois créés et détruits par le travail dominical, François Rebsamen s'est dit favorable à des «exceptions, des dérogations à ce principe du repos dominical».

«Principe [qui] n'a pas été arrêté»

«Il faut en définir précisément les critères (...) dans les zones ultra-touristiques, cela ne me choquerait pas à condition qu'il y ait pour les salariés des compensations et du volontariat», a-t-il ajouté.

Interrogé sur le projet du gouvernement de procéder par ordonnances sur ce sujet, FrançoisRebsamen a assuré que le débat aurait lieu et que le «véhicule législatif» n'avait pas été «arrêté».

>> Nos articles sur le travail du dimanche

«Je ne sais pas si cela prendra la forme d'ordonnances, je vois Emmanuel Macron (le ministre de l'Economie, ndlr) cette semaine», «le principe n'a pas été arrêté», a dit le ministre du Travail.

Invité à clarifier la position du gouvernement sur cette épineuse question du travail du dimanche, François Rebsamen a répondu : «dans ses grands axes, c'est le rapport Bailly».

Critiques des syndicats et élus de gauche

«On va pas refaire un rapport» qui a été «approuvé dans sa très large majorité, par l'ensemble des partenaires sociaux qui ont eu l'occasion de s'exprimer», a-t-il dit.

Commandé par l'ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, le rapport remis par l'ex-patron de La Poste, Jean-Claude Bailly, en décembre 2013 préconise plus de souplesse concernant l'ouverture des commerces le dimanche, avec notamment la hausse du nombre de dimanches autorisés, qui passerait ainsi de cinq à douze.

Vendredi, le gouvernement avait indiqué qu'il allait recourir à des ordonnances pour le projet de loi sur la croissance, notamment sur le repos dominical. Cette procédure permet de légiférer sans avoir à débattre du détail du texte, en échange d'un accord sur une orientation générale et de limiter le temps accordé au débat.

Redoutant une généralisation sans concertation du travail dominical, les syndicats et des élus de gauche ont critiqué la procédure, dénonçant «un déni de démocratie».

 20 minutes avec AFP

Plus d'informations sur ce sujet en vidéo

 
Travail nocturne et dominical: «Les entreprises ne gagnent pas plus en ouvrant davantage» Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Expertises, études, réflexions
10-09-2014

2/10/2013

INTERVIEW - Philippe Askenazy, économiste chercheur au CNRS décrypte les avantages et les inconvénients de l'amplitude horaire élargie des magasins...

Avec le débat sur le travail de nuit et dominical relancé par SephoraCastoramaet Leroy Merlin, «20 Minutes» a voulu savoir qui des clients, des salariés ou des entreprises étaient les gagnants et les perdants de l’amplitude horaire élargie. Les réponses de Philippe Askenazy, économiste directeur de recherche au CNRS.

L’élargissement de l’amplitude horaire des magasins est-elle réellement bénéfique à leur chiffre d’affaires, comme ils le soutiennent ?

Il n’y a aucune corrélation entre la libéralisation des horaires des magasins et le niveau de consommation dans un pays: les clients du dimanche seraient venus à un autre moment dans la semaine, si le magasin n’avait pas été ouvert. Par ailleurs, une plus grande amplitude horaire génère des frais fixes supplémentaires (électricité, nettoyage…) pour les entreprises du commerce. Elles ne gagnent donc pas plus en ouvrant davantage, mais prennent un avantage sur leurs concurrents. Les principaux perdants du système sont les petits magasins indépendants qui restent fermés ce jour-là.

Mais est-ce bénéfique à l’emploi ?

Pas vraiment, car comme la clientèle s’étale sur davantage de jours, les magasins prévoient moins de personnel en semaine pour en ajouter le dimanche. Ce système contribue donc à la réduction du nombre d’heures travaillées et favorise le partage du temps de travail. Aux Etats-Unis par exemple, les horaires élargis ont permis d’augmenter l’emploi de 1%, mais ont parallèlement contribué à la destruction d’emplois dans les petits commerces. Autre exemple parlant: la Bavière est la zone la plus prospère d’Europe et affiche un très faible taux de chômage. Pourtant les horaires des commerces sont les plus contraints en Europe.

Le travail de nuit et le dimanche est-il favorable au pouvoir d’achat des salariés ?         

Pas toujours. Car si les salariés qui travaillent le dimanche dans les périmètres dits «d'usage de consommation exceptionnel» ont droit à des compensations (rémunération doublée, journée de récupération…), ceux qui exercent dans des zones touristiques ne bénéficient généralement d’aucun avantage. Et là où le travail du dimanche est banalisé, comme aux Etats-Unis, il ne donne plus droit à des avantages spécifiques. C’est la même logique en ce qui concerne le volontariat. Dans les pays où le travail dominical est généralisé, les employeurs ne demandent plus leur accord aux salariés pour travailler ce jour-là

Les consommateurs seraient-ils donc les seuls gagnants de l’histoire ?

Ils sont gagnants, car ils bénéficient d’un service supplémentaire. Mais c’est à double tranchant, car l’ouverture des magasins 7 jours sur 7 en Italie, a par exemple favorisé l’augmentation des prix. Pour compenser la hausse des frais fixes engendrés par les horaires élargis, les entreprises ont augmenté leurs prix. C’est d’ailleurs pour cette raison que les hard discounters évitent d’ouvrir le dimanche.

Mais la France n’aurait-elle pas intérêt à simplifier son magna réglementaire sur le sujet ?

La France n’est pas à part. Car la plupart des pays européens ont un principe général (interdiction du travail de nuit et dominical) et des systèmes de dérogation. Par ailleurs, il faut prendre en, compte l’offre commerciale qui est très différente d’une région à une autre. A Grenoble par exemple, le nombre de grandes surfaces étant très limité, la demande est forte pour leur ouverture le dimanche. Ce n’est pas le cas partout ailleurs. Mais, il est surtout urgent d’éclaircir le droit du travail sur ce point. Soit le travail du dimanche est banalisé et il n’offre pas de compensation. Soit il ne l’est pas et il donne systématiquement droit à des avantages.

 
Ouverture du dimanche : ne sacrifions pas le commerce indépendant ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les POUR
07-09-2014

Communiqué CGPME

Le Gouvernement envisage de légiférer par ordonnances sur le travail du dimanche.

Les ordonnances visent en cas d’urgence à accélérer la mise en place de réformes. En ce sens, il est positif que le Gouvernement manifeste sa volonté d’agir vite.

Pour autant, on peut légitimement s’interroger sur l’urgence concernant le travail dominical et le lien direct avec la croissance alors qu’on sait qu’un achat effectué le dimanche ne sera pas fait le lundi, le pouvoir d’achat du consommateur n’étant pas extensible.

Sur le fond Gilles BASTE, Président de la Branche Commerce de la CGPME Côte d’Or, rappelle que si notre organisation n’est pas opposée à un toilettage du travail dominical notamment sur la définition des zones touristiques, elle s’oppose à une généralisation brutale qui reviendrait à sacrifier le commerce indépendant sur l’autel du commerce intégré de la grande distribution.

Le commerce de proximité, lien social unique, doit avoir les moyens de continuer à exister et de faire valoir ses nombreux atouts dans un cadre concurrentiel équilibré face à une grande distribution disposant de moyens financiers colossaux. Une commune sur deux n’a déjà plus un seul commerce …

 
Non aux ordonnances pour généraliser le travail du dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les POUR
07-09-2014

Eliane Assassi - sénatrice de la Seine-Saint-Denis, présidente du groupe communiste, républicain et citoyen au Sénat.

"Avec mon groupe, je m'oppose solennellement à l'idée évoquée de généraliser le travail du dimanche par voie d'ordonnance."

L'utilisation de l'article 38 de la Constitution permet d'évacuer pour l'essentiel le débat législatif, le Parlement étant dessaisi de son pouvoir de faire la loi au profit du gouvernement.

Emprunter cette voie autoritaire marque de la part de F. Hollande et M. Valls une volonté d'imposer au plus vite une cure de libéralisme à notre pays. On le sait, les marchés exigent en contrepartie de leur confiance, une casse en règle, méthodique, des droits sociaux, au nom de la dogmatique réduction du coût du travail.

Conjointement à l'abaissement des seuils sociaux qui met en cause l'exercice des droits des salariés, le gouvernement voudrait généraliser le travail du dimanche. Peu sûr de sa majorité et voulant éviter un débat parlementaire qui démontrerait le caractère antisocial de ces mesures, à contre sens des choix du 6 mai 2012, le couple exécutif envisage donc le recours à cette procédure profondément antidémocratique.

Avec mes amis du groupe CRC, nous appelons le gouvernement et le Président de la République à renoncer à cette procédure qui confirmerait, malheureusement, la soumission du pouvoir au Medef et aux marchés financiers.

 
Carabistouilles, le retour Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Carabistouilles
05-09-2014

Cela finit par être lassant.

Pour la nième fois, les chaînes d'information (désinformation ?) passent en boucle que les français, nous, serions"très largement favorables à un élargissement du travail dominical"C'est juste l'inverse de la réalité.

Si on demandait aux Français s'ils étaient favorables à la suppression des impôts, il y a fort à parier qu'une "large majorité" soit d'accord. Car en répondant à cette question, le point de vue personnel, voire égoïste, fait oublier que les impôts servent au fonctionnement des services publics. Du moins en principe.

De même, quand on demande à une personne s'il aimerait faire ses courses le dimanche, beaucoup diront que l'idée leur plaît. Car en répondant à cette question, le point de vue personnel, voir égoïste, fait oublier que cela implique que certains salariés soient obligés de travailler le dimanche.

Cette question floue, "voulez-vous permettre à davantage d'entreprises d'ouvrir le dimanche" est une manipulation à part entière, car la question qui correspond à la réalité, c'est celle ci : "souhaitez vous qu'une législation d'exception vous oblige personnellement à travailler chaque dimanche sans compensation de salaire, au profit d'intérêts particuliers de personnes déjà très riches ?"

Pas sûr qu'une "large majorité de français" soient d'accord.

  

Une large majorité de Français est favorable à un assouplissement des 35 heures, à une extension du travail dominical et à un renforcement des contrôles des chômeurs, selon un sondage LH2-Le Nouvel Observateur publié vendredi 5 septembre 2014.

 

Que dit ce sondage ?

Sur ces trois sujets qui ont récemment créé de vastes polémiques, un sondage indique que :
  • 72% des personnes interrogées sont d'accord pour "renforcer les contrôles des demandeurs d'emploi par Pôle emploi"
  • 71% pour "assouplir les 35 heures dans certains secteurs"
  • 65% pour "permettre à davantage d'entreprises d'ouvrir le dimanche".

Cependant, si les sympathisants de droite plébiscitent de telles mesures (autour de 80% d'opinions favorables), ceux de gauche sont plus divisés (à peine plus de 50%). 

 
Le Dimanche Les Rend Fous Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Humour
04-09-2014

CFTC-Paris, 3/9/14

La trêve estivale a visiblement été propice aux réflexions de fond. Politiquement celle-ci se traduisent pas un nouveau gouvernement et de fortes annonces.

Président et Premier Ministre ont élaboré une stratégie qui emboite avec justesse : économie et social. Cet outil conçu par les meilleurs cerveaux de la république est multifonction. l permettra notamment de lutter contre le chômage, retrouver la croissance, combler le déficit, tenir les engagements de Maastricht, faire baisser les charges des entreprises, augmenter salaires et pouvoir d’achat, et j’en passe…

Si nous n’étions dans un pays à la féroce laïcité, je n’hésiterais pas à parler de miracle de la pensée gouvernementale.

Cette merveilleuse potion comporte nombre d’éléments remarquables, je ne m’intéresserai qu’à un seul de ceux-ci : Le travail du dimanche.

De la ferme défense du repos dominical lorsque les socialistes étaient dans l’opposition, jusqu’aux prises de position de Laurent Fabius quel chemin parcouru !

Rappelez-vous cette brillante déclaration de notre ministre du tourisme au printemps dernier : « Le touriste qui se présente le dimanche devant un magasin fermé ne va pas revenir le jeudi »

Mon cher Laurent, devant la profondeur  d’un tel raisonnement on ne regrette pas de payer des impôts pour assurer le bon fonctionnement de l’école Normale Supérieure, Sciences-Po et l’ENA. Trois prestigieux établissements qui t’ont  permis de développer ces étonnantes capacités intellectuelles t’autorisant cette fulgurante démonstration : « Le touriste qui se présente le dimanche devant un magasin fermé ne va pas revenir le jeudi »

Vous avez raison, Monsieur le  Ministre, le touriste qui trouve un magasin fermé le dimanche ne va pas revenir le jeudi, mais plutôt le lundi. Et s’il tient vraiment à faire des emplettes dans cette boutique en particulier il y sera même peut-être passé le samedi.

Mais les chinois ? me dit-on. Les chinois qui trouvent boutique clause le dimanche, s’enfuiraient de rage de l’autre coté du Chanel.

Personnellement, je n’ai jamais rencontré de touristes chinois trépignant d’impatience devant les portes d’un hyper-marché en attendant l’ouverture. Il est vrai que je ne les fréquente pas le dimanche.

Or donc le chinois généralement petit et jaune, serait en plus, fourbe ? Organisant son voyage en Europe, il choisirait, justement le jour de fermeture du magasin, dont il rêve de dévaliser les rayons pour s’y présenter. Et, comme le dit notre ancien premier ministre « ne pas y revenir le jeudi » ?

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j’ai l’impression que dans cette affaire du travail du dimanche on nous prend un peu pour des imbéciles, capable d’avaler n’importe qu’elle sornette pour faire passer les désidératas du veau d’or.

A la semaine prochaine  

 
Travail dominical: le FN opposé au nom d'une "certaine conception de l'homme" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
04-09-2014

AFP / Le Point, 2/9/14

Le Front national est opposé à la libéralisation du travail dominical en raison d'une "certaine conception de l'homme" et juge peu efficace une réforme des 35 heures sans une refonte d'ensemble du marché du travail, a déclaré lundi son vice-président Louis Aliot.

Le FN est-il favorable à davantage de souplesse dans la règlementation du travail dominical ? "Très honnêtement, non, car nous sommes attachés à une certaine conception de l'homme et le dimanche fait partie, on va dire, de cette tradition historique du jour de repos dominical", a répondu M. Aliot dans un entretien vidéo publié sur le site du journal L'Opinion.

Un tel assouplissement pourrait créer des emplois "à la marge, mais ce n'est pas avec cela que vous allez relancer l'économie", a poursuivi le député européen.

Par ailleurs, selon M. Aliot, "réformer les 35 heures dans la situation où nous sommes ne résoudrait rien. Je pense qu'il faudrait une réforme d'ensemble parce qu'aujourd'hui, réformer les 35 heures, c'est-à-dire remettre à 39 heures mais payées 35, serait une baisse du pouvoir d'achat et des salaires. Il faut repenser le monde du travail et aussi repenser le monde syndical, dont on voit bien aujourd'hui qu'il ne représente plus rien".

Quant à la piste d'une réforme des seuils sociaux, "on demande à voir. Nous préférerions, nous, une vraie réforme sur l'immigration qui pèse sur les salaires et sur les salariés, et qui pèse sur la dette. Personne n'en parle mais nous continuons d'accueillir une immigration supplémentaire alors que nous n'en avons pas besoin", a répondu M. Aliot, pour qui pareille réforme "aiderait très certainement à réduire le chômage et à y voir plus clair dans les comptes sociaux".

 
Fabius et le travail dominical Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Carabistouilles
04-09-2014

Fabius, bien que ministre des Affaires Etrangères, s'est autoproclamé spécialiste du travail dominical depuis que le patron des Galeries Lafayettes (on ne choisit pas sa famille, mais on a les amis qu'on peut). Et il a affirmé que si le Gouvernement autorisait les galeries à ouvrir, cela ferait 600 emplois de plus payés double ! Las, la réalité est très loin du compte.

Arte a décortiqué la proposition de Fabius, et conclut qu'il y aurait peut-être un certain nombre d'emplois créés, certainement très largement en dessous de la moitié de ce chiffre, mais que rien ne permet d'étayer ce chiffre purement fantaisiste. Et que rien n'obligerait les employeurs à donner des salaires doubles en cas de classement zone touristique...

Pour être complet sur le sujet, il faudrait évoquer deux points supplémentaires : le nombre d'emplois qui seront détruits dans la zone de chalandise, par la concurrence déloyale des Galeries Lafayette,  et l'effet domino que nous dénonçons depuis 2003 : si le boulevard Haussmann est autorisé à ouvrir le Dimanche, au nom de quoi interdire à la rue de Rivoli d'ouvrir aussi, puis l'avenue des Ternes, ainsi de suite de proche en proche.

Il faudrait également s'interroger aussi sur les lois d'exception, qui sont faites pour des intérêts privés : rappelons qu'au départ, la loi Mallié a été conçue pour gérer le comportement illégal de la zone de Plan de Campagne. Puis l'amendement ConfoKea pour les intérêts privés des grands machands de meuble. Aujourd'hui, Fabius voudrait ouvrir le boulevard Haussmann sous prétexte qu'il est l'ami du patron des Galeries Lafayettes ? La France, pays des droits de l'homme, serait-elle en train de devenir une république bananière ? 


Laurent Fabius et le travail du dimanche... par Desintox
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 11 sur 2647

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS - 04 67 96 11 72 / 06-07-15-79-57
Le wiki (accès réservé)