Accueil
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
Chaud en ce moment !

Pétition pour le dimanche

Plus de 100.000 personnes protestent contre la banalisation du travail du dimanche, via la pétition proposée par le CAD. Plus de 780 pages de témoignages. Député-e-s, écoutez la France qui bosse.

La pétition

Temps réel : au 1/02 à 15:39 = 110062 signatures confirmées ! (papier+électronique)
Le WIKI

Vous avez une expertise particulière (économique, sociale, syndicale, culturelle, sportive, etc.) sur le sujet du travail du dimanche ? Participez au wiki !

Accéder au wiki | Demandez votre accès au wiki comme auteur.

Derniers commentaires
Le député Aboud s'engage pour le repos d...
Un avis de 2009 que j'avais gardé ! H.B. ------------ e : Elie Aboud ate : 13 juillet 2009 19:44 Objet : Loi sur l...
Le Syndicat Unifié du Bâtiment (CNT) fum...
Avec plaisir ! wink
Des effets de la réforme du travail du d...
En France, on n'est pas dans l'hypothèse évoquée par la commission: l'extension massive d'ouverture le dimanche, puis...
Le Syndicat Unifié du Bâtiment (CNT) fum...
Merci pour votre commentaire en retour. Et bon Weekend sans boulot ! L'équipe de rédaction du SUB.
Des effets de la réforme du travail du d...
On n'est pas dans l'hypothèse évoquée par la commission: l'extension massive d'ouverture le dimanche, puisque beaucou...
L’extension du travail dominical voulue ...
Croyants et athées contre le travail dominical ! https://www.facebook.com/reposdominical
Loi Macron: le travail le dimanche au cœ...
ce serait plutôt ses amitiés avec ....Bernard ARNAULT LVMH "le chantre du travail de nuit" et de son valet le dénomm...
L'OIT déclare recevable la réclamation d...
Merci pour toute les informations proposé ! Mais il faudrait leurs montré que l'on est capable de faire des activités...
La CFTC veut faire fermer ce magasin Car...
je travaille dans un carrefour express donc le dimanche. ce que les gens ne savent pas c'est que contrairement au grande...
Contre le travail dominical, Joseph Thou...
Tu es un bon débatteur, Joseph, et il est dommage que sur France-Inter, les tenants du travail du dimanche n'est pas n..
Chercher via Google
La tribune du CAD

Tribune du CAD

Commission "France Stratégie" : l'indécence

Emmanuel Macron avait annoncé qu'il ferait évaluer les principales mesures du projet de loi “pour la croissance et l'activité” par des "commissions d'experts indépendants". A ce titre, une commission a traité du travail du dimanche et vient de rendre son rapport, ce 21 janvier.

La crédibilité de ce travail souffre d'ores et déjà de deux insuffisances : 

  • les délais. Est-il possible, en deux mois, de produire une étude d'impact, sérieuse, actuelle, sur un sujet complexe ? Non.
  • l'indépendance. Est-il imaginable que les experts nommés par le Commissariat Général au Plan, (rebaptisé "France Stratégie", excusez du peu), soient d'un avis indépendant ? Non. Qui paye commande.
 
Et l'examen des indécentes conclusions de l'étude confirme les conséquences inévitables de ces défauts de naissance.
 
La commission ne se livre qu'à une compilation d'études déjà bien connues, dont certaines totalement obsolètes, comme l'étude Skuterud exploitant des chiffres canadiens de ...1985 !
 
Dans un micro-paragraphe (page 6), elle s'interroge du bout des lèvres sur l'extrapolabilité de ces études étrangères au contexte français de 2015, mais se garde de conclure par autre chose que par la crainte "que l’incidence des extensions soit d’ampleur limitée", alors que c'est une condition sine qua non de présentation de ces études anciennes ! Du moins dans une démarche intellectuellement cohérente.
 
Et la commission ne prend absolument pas en compte, comme si elle ne les avait pas remarqué, deux éléments dramatiquement dimensionnants sur le travail du dimanche : d'une part le contexte économique actuel de croissance zero, et d'autre part l'évolution du marché du travail, qui fait maintenant appel d'une manière massive aux CDD et aux temps partiels.
 
De même, elle n'évalue pas l'impact des "compensations salariales" au travail du dimanche, dont l'instauration avait été promise par le Ministre : elle serait bien en peine de le faire, la seule affirmation certaine concernant ses compensations étant que leur montant ne serait pas défini par les textes ! 
     
Au plan de l'emploi, la commission se borne à compiler trois études bien connues et non extrapolables, mais en ajoute une quatrième à la méthodologie tellement obscure que se résultats ne peuvent pas être vérifiés immédiatement. La commission, en revanche, ne dit pas un mot de l'étude CREDOC 2008, ni de l'étude Conferescenti de 2013, qui toutes les deux chiffrent les destructions d'emplois liées au travail dominical. Bien au contraire, la commission conclut fièrement à un "effet positif" qu'elle se garde bien de chiffrer. Il s'agit ici de rhétorique et de partialité pure, mais pas d'économie.
 
En terme d'effet sur les prix à la consommation, c'est encore mieux ! En produisant deux études qui ne concluent pas sur ce point, la commission ne craint pas d'en déduire que l'impact pourrait se traduire par une baisse des prix ! (elle admet quand même que ce résultat "non significatif"[...] "gagnerait à être confirmé par d’autres études"). D'un résultat non significatif, elle tire une conclusion positive ! Merveilleux !
 
Et la commission joue l'impasse sur de nombreux sujets abordés pour ce débat : l'impact sur le tourisme (les fameux “touristes chinois” pourtant mis en avant par MM. Fabius et Gattaz), la question de la prétendue concurrence d'Internet (abordée par M. Macron, et le cas Amazon), celle du volontariat des salariés, celle de l'impact sur le travail des jeunes femmes et des conséquences familiales, ni celle la question de transfert de CA du commerce traditionnel vers la grande distribution. etc
  
Convoquée en catastrophe pour fournir une caution d'économie et d'indépendance à un projet de loi dont l'objet principal est de complaire à Bruxelle, la commission présente un travail baclé une semaine seulement avant les débats à l'Assemblée : autant dire qu'aucune revue de ce travail ne va pouvoir être fait, en dehors de la reprise d'idées simplistes martelées par les medias, travail qui commence à être fait dès ce matin, hélas. Pour notre part, nous en poursuivons l'examen critique de ce travail sur le wiki collaboratif.
 
Si les résultats des autres commissions chargées de cautionner le projet Macron sont aussi peu sérieux, aussi peu professionnels, aussi indécents, il eut mieux valu se dispenser de les produire, question d'honnêteté.

Etienne NEUVILLE
Secrétaire Général
21/01/2015

 

Benoît Hamon s'engage pour le dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les POUR
[...] Voterez-vous la loi Macron ?

Vous ne le saurez pas tout de suite. J’ai dit que j’étais par principe opposé à la généralisation du travail du dimanche. On se paye de mots quand on parle d’accord social préalable, de volontariat... Il suffira qu’une grande surface ouvre, pour que sa concurrente fasse de même, entraînant dans un effet de dominos les sous-traitants chargés du gardiennage, du nettoyage... Cette course à la marchandisation de la société ne me va pas. La gauche se revendique d’une tradition de défense du droit au repos dominical qui se transforme aujourd’hui au droit de travailler le dimanche ! C’est un vrai changement philosophique que je ne partage pas. Je voterai donc l’amendement qui propose de supprimer cette disposition de la loi. Par ailleurs, les conséquences d’autres dispositions sur le code du travail, sur les droits des représentants des salariés, posent question. Le secret des affaires ne peut être invoqué au détriment du travail d’enquête des lanceurs d’alerte. Je ne suis pas non plus un grand fan de la libéralisation du transport par cars. En revanche, je soutiens la réforme des professions réglementées.

Nous avons assisté au développement incontestable de vraie rentes qui n’ont rien à voir avec une amélioration du service rendu.

Un important travail parlementaire est engagé, je me prononcerai donc sur l’ensemble du texte sur le moment venu.
 
Travail dominical : à qui profiteront les mesures de la Loi Macron dans le tourisme ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La PPL Mallié, version 4 - Projet Macron
 
Le projet de loi Macron pourrait permettre d'élargir le nombre annuel de dimanches pendant lesquels les commerces auraient l'autorisation d'ouvrir en France. Une mesure qui concerne certaines agences de voyages et qui fait débat dans le secteur du tourisme.


Lire la suite...
 
La pétition de soutien au dimanche est un succès ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La PPL Mallié, version 4 - Projet Macron

La pétition de soutien au dimanche libre est un grand succès !

Chaque jour, ce sont des centaines de signatures qui viennent s'ajouter à la liste déjà longue (déjà 110.000 signatures électroniques confirmées !)

Et beaucoup des signataires témoignent de leur expérience du dimanche : ces pages sont d'une grande richesse.

C'est toute la France, qui bosse la semaine d'une manière exemplaire, et qui veut se reposer ensemble le dimanche !

Continuons à signer, et à diffuser cette pétition ! 

 
« Non à la concurrence déloyale » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles

Le Groupement commercial 67 a tiré à boulets rouges, hier à Strasbourg, sur l’enseigne Carrefour qui ouvre ses magasins de proximité en Alsace le dimanche, à l’encontre du droit local. Ouvrant un contentieux qui promet de durer. 

Les prochaines audiences des tribunaux de Saverne et de Strasbourg sur la controverse entre Carrefour et le Groupement commercial du Bas-Rhin [nos précédentes éditions] sont attendues les 16 et 17 février. Mais les chefs de file du commerce indépendant et leur avocat sont sans illusion : ce n’est que le début d’une bataille qui pourrait être longue.

André Marchand, commerçant à Rosheim et président du GC 67, qui a derrière lui soixante associations de commerçants dans le département, a voulu très fermement exposer le point de vue de son organisation hier à Strasbourg au cours d’une conférence de presse renforcée par la présence de l’avocat Jean-Christophe Schwach et du vice-président commerce de la CGPME Pierre Marx, par ailleurs gérant indépendant d’une enseigne de grande distribution, Intermarché à Reichshoffen.

« Il faut que la concurrence soit loyale et que l’État joue son rôle »


Lire la suite...
 
Travail du dimanche: quel impact sur la vie de famille? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Expertises, études, réflexions

Rien ne remplace les moments passés ensemble le dimanche, affirme le sociologue Jean-Yves Boulin. Travailler ce jour-là a particulièrement un impact sur les femmes et les familles monoparentales.

Alors que la question de l'assouplissement du travail du dimanche est en discussion au Parlement dans le cadre de l'examen de loi Macron, Jean-Yves Boulin, sociologue chercheur associé à l’Irisso, université Paris-Dauphine, spécialiste de la question du temps de travail, nous explique l'impact de cette mesure sur notre société. 
Notre Temps: Quel est l’impact du travail du dimanche sur la sphère familiale ?

J.Y Boulin: "Le dimanche est un jour avant tout consacré aux activités familiales et amicales, où chacun peut se retrouver. Les personnes qui travaillent ce jour-là ont une perte de sociabilité familiale et amicale très forte. C’est mécanique: ils ne sont pas chez eux et ce moment ne peut pas se rattraper en semaine, même en s’organisant autrement. Les enfants sont à l’école, si vous êtes en couple, l’autre conjoint travaille souvent à son tour. D’après différentes études, les travailleurs du dimanche perdent en moyenne trois heures trente de loisirs en famille. C'est le jour qui impacte le plus la vie familiale et sociale. A la différence du samedi, où chacun fait souvent davantage d’activités de son côté."

Pour l'individu, quelle différence entre travailler le dimanche ou un autre jour de la semaine?

J.Y Boulin: "Dans notre représentation symbolique, les jours de la semaine sont consacrés au travail, le dimanche au repos. Dans toutes les sociétés depuis la plus haute Antiquité, il y a un jour de rupture dans l'organisation de la semaine. Même dans les pays où tous les commerces sont ouverts ce jour-là, par exemple aux Etats-Unis, ce n’est pas un jour comme un autre. La société ralentit son rythme: banques, entreprises et administrations sont fermées. Nous l’observons dans les enquêtes; cela reste une journée particulière, y compris pour les retraités. Le dimanche, le repas est différent, on ne voit pas les mêmes personnes. Ne pas y participer peut engendrer un sentiment d’exclusion. Bien sûr, chacun se réorganise la semaine, mais il y a des impacts sur les conditions de vie."

Quel est le profil du travailleur du dimanche?

"Notre société est déjà très engagée dans le travail du dimanche, cela concerne 8 millions de personnes, soit 30% de la population active, avec une croissance importante ces vingt dernières années. Les femmes et les familles monoparentales sont parmi les plus concernées. Bien souvent, ce sont des personnes qui sont déjà en horaires atypiques dans la semaine, à temps partiel, en horaires décalés ou fragmentés. Pour elles, l’organisation de la vie familiale est déjà compliquée la semaine et se poursuit le dimanche. Imaginons qu’avec la nouvelle loi Macron, les grands magasins, assimilés à des zones touristiques, ouvrent jusqu’à minuit. Comment ces personnes, qui habitent souvent loin de leur lieu de travail, vont-elles rentrer chez elles? Cette loi va imposer à  une catégorie de la population déjà peu favorisée des conditions de travail et de vie plus difficiles.
 
Manifestation de la CFDT à Amiens : «le dimanche doit rester une journée familiale» Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Activités syndicales

Une quarantaine de syndicalistes de la CFDT ont distribué des tracts et fait signer une pétition à Auchan contre la banalisation du travail du dimanche.

Impossible de les rater avec leurs gilets orange estampillés CFDT. Une quarantaine de syndicalistes venus d’Auchan-Sud, de Géant-Glisy ou de Carrefour ont arpenté la galerie marchande de l’hypermarché Auchan vendredi 30 janvier pour sensibiliser les clients et les employés au travail du dimanche.
L’assemblée nationale examine actuellement ce volet du projet de loi (pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques) porté par le ministre de l’Économie. Emmanuel Macron est ainsi favorable à l’extension du travail dominical, avec notamment le passage de cinq à douze jours d’autorisation d’ouverture. «  Cinq dimanches ouverts par an, c’est largement suffisant, souligne le délégué CFDT d’Auchan Stéphane Postel. Le risque de passer à 12 dimanches travaillés, c’est de perdre des clients en semaine et donc des emplois car s’il y a moins de clients, il y aura forcément moins de besoins en personnel… »
Un discours qui n’est pas si éloigné de ce que pense le directeur de l’hypermarché Auchan Philippe Othacehe qui rappelle la position du groupe sur le travail du dimanche : «  Pour l’instant, on estime que cinq dimanches travaillés par an suffisent, hormis sur les sites où la concurrence est très forte entre les hypers. Cela doit rester exceptionnel. Ici, les salariés bénéficient d’une majoration salariale de 150 % et d’une journée de récupération. On constate qu’il y a beaucoup de personnes qui souhaitent travailler le dimanche. Ça se fait sur la base du volontariat. Il y a d’ailleurs des hypermarchés qui utilisent moins de cinq dimanches. » Cela a été le cas en 2014 pour Géant-Glisy qui n’a ouvert « que » trois fois un dimanche.
Dans un article paru récemment sur le site Les Échos.fr, Vincent Mignot, directeur général d’Auchan Hypermarchés France, affirmait qu’«  ouvrir 12 dimanches au lieu de 5 ne créera pas plus de chiffre d’affaires pour nos magasins et n’entraînera pas de vague de recrutements. » Pour la CFDT, «  le dimanche doit avant tout être et rester une journée familiale, un moment dédié au vivre-ensemble. » Les salariés qui veulent travailler le dimanche sont motivés par des majorations de salaires. Pour que les salaires restent majorés, le travail dominical doit rester exceptionnel, souligne le syndicat qui a plutôt reçu un bon accueil des clients.
 
Manuel Valls "vend" la France aux Chinois Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles

On croit rêver !

M. Valls, en VRP ultralibéral, en train de vendre à la Chine les avantages de la France : les travailleurs français travaillent plus que les allemands, licenciement facile, et travail tous les dimanches, pour pouvoir faire ses courses le dimanche et visiter les musées le samedi, alors que les Chinois savent depuis longtemps qu'il est très simple de faire ses courses pendant la semaine et de visiter les musées le dimanche.

Si c'est là le modèle de société voulu par M. Valls, qu'il nous permette de nous en étonner... et de ne pas être d'accord. 

 
 

Dans un pays qui n’est plus vraiment communiste, le Premier ministre a tenu des propos qui ne sont plus vraiment socialistes.


Ces Français qui réussissent dans le business lui ont fait du bien. En écoutant le patron de la célèbre agence Fred & Farid, installé à Shanghai depuis des années, lui dire "on a besoin de sentir qu'on est des champions" ou la créatrice de l'émission télévisée Bonjour la France lui avouer que notre pays la "fait rêver", Manuel Valls était heureux. Il a senti des "ondes positives", un "vent d'optimisme", si loin du dénigrement de l'Hexagone contre lequel il lutte. Valls est venu, ici, dire en français (à peu près dix fois par jour et une fois en chinois) : "Les investissements chinois sont bienvenus en France." Pour vendre la France, le Premier ministre développe sa propre partition.

Un Premier ministre décomplexé
Dans cette Chine qui n'est plus vraiment communiste, Manuel Valls, lui, n'est plus vraiment s­ocialiste. Loin de Paris, le Premier ministre s'affiche décomplexé. Il suffit de l'écouter parler devant les chefs d'entreprise chinois pour s'en convaincre. Samedi matin, il s'adressait à eux au musée de l'Urbanisme : "L'image selon laquelle nous ne r­éformons pas le marché du travail et qu'il est impossible de licencier est fausse […]. La protection de l'emploi est plus forte en Allemagne qu'en France. On parle aussi beaucoup des 35 heures, mais ce n'est qu'une durée de référence. On travaille en moyenne davantage en France qu'en Allemagne."

Manuel Valls veut attirer les touristes chinois. Et il a des arguments à faire valoir. "Comme vous le savez peut-être, pour répondre à ce flux de touristes, nous sommes en train de faire voter au Parlement l'assouplissement de la réglementation concernant le travail du dimanche, afin que les touristes, notamment chinois, puissent faire leurs achats également ce jour-là. Le samedi, [ils] iront à Versailles et au Louvre, et le dimanche, ils feront leurs courses non plus à Londres mais à Paris."

La veille, à Pékin, devant des chefs d'entreprise français et chinois, dans le sublime building de Wangjing Soho, il avait délivré le même message : "La France est un pays qui vous attend […]. Ne craignez pas notre droit, ni notre droit social, ni ce qui est la réalité française. La France est un pays qui vous permettra de faire de belles affaires."Dans l'avion qui le conduisait à Shanghai, Manuel Valls s'étonnait que l'on soit surpris de ce discours, si loin de ce qui a fait la gauche française. " Selon le French bashing, on ne peut pas investir en France car le droit du travail est trop dur, il y a trop de grèves, trop d'impôts. Je fais de tels discours pour faire tomber les préventions, pas pour annoncer tel changement en France. Je veux dire que la France est attractive. Il ne s'agit pas de je ne sais quel message à l'égard de notre pays", confie le Premier ministre au JDD.

La majorité ne part plus battue
Le moment politique est singulier, il le sait : "Le rôle historique de la gauche, qui depuis des mois et des mois débat avec elle-même, est de se tourner vers les Français. Il faut utiliser ce moment si particulier comme effet de levier pour que les Français reprennent confiance."

La politique revient et avec elle son cortège de sondages sur la prochaine présidentielle. Marine Le Pen est très haut, Sarkozy se tasse et Hollande progresse. Manuel Valls sait qu'il est beaucoup trop tôt pour y voir clair. Tout juste souligne-t-il : "Le Président a retrouvé un socle." Pour lui, l'élimination de la gauche au second tour n'est plus une certitude. Manuel Valls se sent pleinement chef de la majorité, d'une majorité qui ne part plus battue d'avance aux batailles électorales. "Le climat a changé. Les types qui partaient la corde au cou se remettent à y croire, ils se battent", veut-il croire. Premier verdict ce soir, à Montbéliard. 

Cécile Amar Shanghai, envoyée Spéciale, Pékin (Chine) - Le Journal du Dimanche
dimanche 01 février 2015
 
Le député Beaupin s'engage pour le dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les POUR

France 3 31/01  

Comment accueille-t-il alors les déclarations de Manuel Valls qui lors de sa visite en Chine a vanté l'ouverture des grands magasins le dimanche à Paris.
"Vous pourrez vister le château de Versailles le samedi et faire vous courses le dimanche", a promis le premier ministre à ses interlocuteurs chinois.

"Vous pouvez aussi faire vos courses le samedi et visiter le château de Versailles le dimanche", rétorque l'ancien élu parisien qui relaie le combat d'Anne Hidalgo contre la création de zones touristiques internationales dans la capitale décidées par l'Etat. "Qu'on donne la compétence à la maire de Paris de décider de quand on ouvre les commerces et de quelle taille doivent être les zones touristiques. Et si elle estime que ce n'est pas pertinent, pourquoi l'Etat déciderait à la place de la ville ? ", poursuit le député.

"Je pense que le premier ministre devrait attendre que la loi soit votée. Il est probable malheureusement qu'il aura un majorité pour le faire, mais ce sont les députés qui votent, pas le gouvernement", ajoute Denis Baupin.

 
Manuel Valls en Chine Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Humour

Enfin un argument fort contre le repos dominical :

"Le samedi les touristes chinois iront à Versailles puis au Louvre. Et le dimanche ils feront leurs courses, non pas à Londres mais à Paris" (Valls aux patrons chinois, 31/01/2015 France Info )

Le samedi, je vais à Versailles, alors je voudrais aller à la mairie de Créteil le dimanche
le samedi je vais à Versailles, alors je voudrais  faire mes courses le dimanche
Le samedi je vais à Versailles, alors je voudrais manifester le dimanche, mais  non je travaille
Le samedi je vais à Versailles, alors je voudrais aller voir le dimanche mon psy car j'ai mon cerveau gauche à la place du droit et je ne peux pas inverser le samedi et le dimanche

A vous d'imaginer la suite !

 
Le député Féron s'engage pour le repos du dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les POUR
> Message du 31/01/15 08:33
> De : "Hervé Féron" 
> A : "Catherine M***"
> Objet : RE:Travail du dimanche
> Madame,
 
> Vous avez souhaité attirer mon attention sur les dispositions du Projet de Loi pour la Croissance et l’Activité, présenté par le Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique le 10 décembre dernier, visant à faciliter l’ouverture des commerces le dimanche et la nuit.
> J’ai bien noté votre mécontentement et je tiens à vous informer que je partage votre opposition vis-à-vis de ces propositions. C'est ainsi que j'ai déposé avec d'autres députés plusieurs amendements contre cette extension du travail dominical. S’il apparaît nécessaire de lever les freins à l’activité économique afin de favoriser la croissance et la création d’emplois, les mesures envisagées ne vont pas dans ce sens et ne devraient conduire qu’à une libéralisation excessive de notre économie avec la remise en cause d’acquis sociaux chèrement acquis.

Lire la suite...
 
Le député Aboud s'engage pour le repos du dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les POUR
Copie du courrier adressé au CAD par le député ABOUD. 29/0/2015
 
Cher Monsieur, 
  
 J'ai bien reçu votre courriel concernant la signature de votre pétition et je tenais à féliciter votre démarche. 
 Sachez que ma position est claire sur ce sujet depuis toujours. D'ailleurs, lors de mon premier mandat, quand nous étions dans la majorité, je me suis fortement opposé au travail dominical. 
 Mes convictions n'ont pas changé et je suis persuadé là, qu'il s'agit encore d'une fiction apportée aux français qui n'apporterait rien à la France sur le plan macro-économique. 
 Vous pouvez compter sur ma détermination pour m'opposer à ce stupide projet de loi. 
   Très cordialement, 
  Elie Aboud, 
 Député de l'Hérault. 

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 11 sur 2909

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS