Accueil arrow Carabistouilles
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
Carabistouilles

La question du travail du dimanche pour tous a été soulevée à l'initiative du Docteur Mallié, dentiste de son état, mais également député, avec une quantité réjouissante de carabistouilles, dignes du renom des arracheurs de dents. A la décharge du Docteur Carabistouille, il faut reconnaître qu'il avait été instrumentalisé à loisir par l'Elysée.

Mais il n'a pas été le seul, loin s'en faut, à aligner approximations, fausses vérités et vraies erreur. Chacun se souvient de l'indépassable sketche des Champs Elysées, interprété par Nicolas Sarkory (le président français qui précédait Hollande).

En effet, cette question intéresse au plus haut point un certain nombre d'intérêts pas toujours démocratiques, mais aux moyens considérables, qui peuvent facilement se payer de temps en temps un sondage biaisé, un article de propagande, ou un interview partisan.

Cette section a pour objet de rassembler les meilleurs extraits de ces carabistouilles.

 



Sarkozy aux Champs Elysées : et en plus, c'était faux ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Carabistouilles

Arrêt sur image, 3/11/08

Cinq fois, le président-showman a pris cet exemple (faux) pour justifier le travail le dimanche

"Je m'baladais sur l'avenue"... Depuis le début de l'année, dans ses plaidoyers en faveur du travail du dimanche, Nicolas Sarkozy ressort régulièrement l'exemple de son lieu de promenade préféré, les Champs-Elysées, où l'on pourrait travailler le dimanche sur le trottoir de droite (en montant) mais pas sur le trottoir de gauche.

L'ennui, c'est que... c'est faux.

 

LePost, constatait en mai dernier que l'humoriste-président avait ressorti la même histoire deux fois : le 6 mars à Vesoul et le 20 mai à Orléans.

"Le trottoir de droite en regardant l'Arc de triomphe, il est zone touristique : ils ont le droit d'être ouverts le dimanche. Le trottoir de gauche, tenez-vous bien, c'est pas une zone touristique. Fermé le dimanche !", raconte le président.


Les deux en un

La première représentation remontait en fait au mois de février. La formule revient en août dernier et ces jours-ci, fin octobre. Toujours la même histoire. Mais de Vuitton on passe à la version "je suis allé acheter un livre" et "Le dimanche, c'est pas plus long que le lundi".

 


Le 28 août 2008

Le 28 octobre 2008 


Le 28 octobre a peut-être été la représentation de trop. Car dans la foulée, l'AFP publie une dépêche intitulée"Champs-Elysées : des ouvertures dominicales régies par la loi". On y apprend que l'ouverture dominicale des magasins situés sur les Champs Elysées n'a aucun rapport avec le côté du trottoir sur lequel ils se trouvent. La dépêche démonte donc l'anecdote présidentielle, mais sans y insister, dans le "style AFP" : elle cite simplement le président avant de contredire ses propos. Peut-être est-ce dû aussi à l'aridité de son titre, mais la dépêche n'a été reprise nulle part.

Car de fait, les deux côtés des Champs Elysées sont bien classés en zone touristique d'affluence exceptionnelle (arrêté préfectoral 94-717 du 14 octobre 1994). "Les commerces pouvant ouvrir le dimanche sont les bars, les restaurants, et ceux liés à la culture, aux loisirs et au tourisme, s'ils en font la demande. Les autres commerces, en particulier de vêtements, n'ont en principe pas le droit d'ouvrir le dimanche", explique la dépêche. Une information confirmée à l'AFP par le maire UMP du 8ème arrondissement François Lebel et Lyne Cohen-Solal, maire-ajointe PS de Paris chargée du commerce. On trouve donc un certain nombre de commerces, comme la Fnac ou Virgin, ouverts le dimanche sur le trottoir de droite, en montant vers l'Arc de Triomphe. Ils sont moins nombreux à gauche, mais il y en a.

L'une des sources de confusion du message présidentiel aussi répétitif qu'erroné pourrait bien être le magasin Vuitton, ouvert sur le trottoir de gauche, au coin de l'avenue Georges V. Son ouverture a été contestée devant les tribunaux en décembre 2006, car il n'entrait pas dans les catégories prévues par la loi aux yeux de certains syndicats. L'union syndicale CGT commerce, distribution, services de Paris, la fédération des employés et cadre CGT-FO et la fédération CGT du commerce ont donc attaqué. Mais la présence d'une librairie consacrée aux livres de voyages chez Vuitton a finalement été une des raisons de contourner l'obstacle, faisant paraître le magasin comme lié à la culture. Pour mémoire, Vuitton appartient au groupe LVMH, spécialiste du luxe. Son PDG, Bernard Arnault, a été témoin du deuxième mariage de Nicolas Sarkozy.

 
Le sketche des Champs Elysées Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Carabistouilles
28 aout 2008 : Nicolas Sarkozy nous refait le sketche des Champs Elysées. C'est drôle, gouailleur à souhait, mais c'est ... complètement faux !
 

Travail le dimanche : Sarkozy refait son sketch
envoyé par ZappeurLePost - News videos hot off the press.
 
Repos dominical : le sketch d'Eragny Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Carabistouilles


Mme Gillot, Maire d'Eragny
(Cliché VO News)

Madame Gillot, Maire d'Eragny (Val d'Oise),  avait signé le 9 juin dernier un arrêté municipal autorisant les magasins de détail d’équipement ménager situés sur le territoire de la commune à ouvrir le dimanche, sans limite de nombre de dimanches (la loi permet 5 dimanches dérogatoires).

Cet arrêté aurait permis aux enseignes du centre commercial Art de Vivre, notamment Planet Saturn, de pouvoir continuer à ouvrir illégalement. Il aurait également créé des conditions de concurrence déloyales, défavorables aux enseignes respectueuses de la loi

Interrogée par VONews (articles complets sur le lien Lire la suite), Madame le Maire, prenant de sa propre initiative des prérogatives qui appartiendraient au Préfet, avait déclaré "assumer pleinement" cet arrêté, qu'elle savait pertinemment illégal, inventant au passage le concept amusant de "centre commercial dédié aux familles" (sic) !

Perçu comme une provocation, l'arrêté a été immédiatement porté devant le tribunal administratif par FO, en la personne de son avocat, Maître Lecourt.

Devant le tribunal, Madame Gillet a finalement fait savoir qu'elle avait décidé finalement d'abroger l'arrêté controversé. "Souvent femme varie, bien fol est qui s'y fie" ?! Non : selon les déclarations à l'audience du Conseil de Mme Gillet, il s'agissait d'attirer l'attention sur la situation de la commune, utilisation publicitaire de la Justice pour le moins contestable.

Lire la suite...
 
Dans la série des faux-culs (bénits ?) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Carabistouilles

Nous ne résistons pas au plaisir croustillant de reproduire l'article paru sur le blog des "catholiques de l'UMP" (mais oui, il n'y a pas que GayLib, à l'UMP !).

Ces braves gens expliquent que ce qui ne serait pas chrétien (ça, c'est mal !), c'est que le dimanche ne soit plus férié, mais que le projet de l'UMP, c'est pas du tout ça, rien à voir : c'est juste de permettre de travailler pendant un jour qui reste férié. Donc c'est très-chrétien ! CQFD, et hop, emballez !

Article original sur ce lien. Nous avons reproduit les commentaires.

Dernière nouvelle : au 16 décembre 2007, les faux-culs (bénits) de l'UMP ont retiré la note de leur blog ! Heureusement que travail-dimanche.com est là, on rirait moins !

Travail le Dimanche : pourquoi cela ne doit pas choquer

Nicolas Sarkozy a annoncé la semaine dernière, parmi les mesures permettant aux Français d'augmenter leurs revenus, la levée de l'interdiction du travail le Dimanche. Certains catholiques s'en sont émus. Pourtant, si on lit bien les textes de l'Eglise et si on prend en compte les aspects sociaux de cette question, rien ne s'y oppose.

Le Catéchisme de l'Eglise Catholique (CEC) précise que la participation à l'Eucharistie est obligatoire pour les croyants le Dimanche (§ 2042), ce qui n'est pas incompatible avec le travail ce jour là.

Il ajoute que ce jour doit être férié. Et c'est là où se trouve certainement le cœur du malentendu. Il ne s'agit pas pour le gouvernement de ne plus rendre férié le Dimanche mais de permettre le travail ce jour là, sans l'obliger aucunement. Travailler le dimanche restera une exception, le salaire sera toujours doublé ce qui marque bien le caractère exceptionnel du travail le Dimanche. Il ne s'agit donc pas de faire du Dimanche un jour comme les autres.

Reste bien sûr à chacun d'organiser sa vie, comme le conclue le CEC sur ce sujet, il faut prendre garde à l'appât inconsidéré du gain au sacrifice de sa vie personnelle :

§ 2185 : Pendant le dimanche et les autres jours de fête de précepte, les fidèles s’abstiendront de se livrer à des travaux ou à des activités qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au Jour du Seigneur, la pratique des œuvres de miséricorde et la détente convenable de l’esprit et du corps (cf. CIC, can. 1247). Les nécessités familiales ou une grande utilité sociale constituent des excuses légitimes vis-à-vis du précepte du repos dominical. Les fidèles veilleront à ce que de légitimes excuses n’introduisent pas des habitudes préjudiciables à la religion, à la vie de famille et à la santé.

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivante > Fin >>

Résultats 64 - 67 sur 67

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS