Accueil
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
Chaud en ce moment !

Pétition pour le dimanche

Plus de 100.000 personnes protestent contre la banalisation du travail du dimanche, via la pétition proposée par le CAD. Plus de 780 pages de témoignages. Député-e-s, écoutez la France qui bosse.

La pétition

Temps réel : au 22/07 à 19:44 = 119700 signatures confirmées ! (papier+électronique)
Le WIKI

Vous avez une expertise particulière (économique, sociale, syndicale, culturelle, sportive, etc.) sur le sujet du travail du dimanche ? Participez au wiki !

Accéder au wiki | Demandez votre accès au wiki comme auteur.

Derniers commentaires
Le député Aboud s'engage pour le repos d...
Un avis de 2009 que j'avais gardé ! H.B. ------------ e : Elie Aboud ate : 13 juillet 2009 19:44 Objet : Loi sur l...
Le Syndicat Unifié du Bâtiment (CNT) fum...
Avec plaisir ! wink
Des effets de la réforme du travail du d...
En France, on n'est pas dans l'hypothèse évoquée par la commission: l'extension massive d'ouverture le dimanche, puis...
Le Syndicat Unifié du Bâtiment (CNT) fum...
Merci pour votre commentaire en retour. Et bon Weekend sans boulot ! L'équipe de rédaction du SUB.
Des effets de la réforme du travail du d...
On n'est pas dans l'hypothèse évoquée par la commission: l'extension massive d'ouverture le dimanche, puisque beaucou...
L’extension du travail dominical voulue ...
Croyants et athées contre le travail dominical ! https://www.facebook.com/reposdominical
Loi Macron: le travail le dimanche au cœ...
ce serait plutôt ses amitiés avec ....Bernard ARNAULT LVMH "le chantre du travail de nuit" et de son valet le dénomm...
L'OIT déclare recevable la réclamation d...
Merci pour toute les informations proposé ! Mais il faudrait leurs montré que l'on est capable de faire des activités...
La CFTC veut faire fermer ce magasin Car...
je travaille dans un carrefour express donc le dimanche. ce que les gens ne savent pas c'est que contrairement au grande...
Contre le travail dominical, Joseph Thou...
Tu es un bon débatteur, Joseph, et il est dommage que sur France-Inter, les tenants du travail du dimanche n'est pas n..
Recherche avancée
Chercher via Google
Le député REITZER s'engage pour le dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les POUR
From: "Jean-Luc Reitzer" < Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
To: "pierre d***" 
Sent: Monday, February 09, 2015 10:01 AM 
Subject: RE:Menace sur le repos dominical 
Bonjour, 
Le Député a bien pris connaissance de votre message et vous remercie. 
Il tient à vous dire qu'il partage totalement votre position. 
Bien cordialement 
Le cabinet parlementaire 

 
Benoit Hamon écrit au CAD Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La PPL Mallié, version 4 - Projet Macron
Monsieur le Président, Madame La Vice-présidente , Monsieur le Secrétaire Général,

La loi croissance et activité, plus communément baptisée du nom de son auteur, loi Macron, propose une série de modifications législatives aussi disparates que la libéralisation du transport par autocar, une réforme du permis de conduire, la privatisation des aéroports de Nice et Lyon, l’ouverture du capital du LFB , le laboratoire qui commercialise les médicaments dérivés du sang, la liberté d’installation pour les notaires et les huissiers de justice ou l’extension des exceptions au repos dominical. Pris séparément, chacun des 200 articles très différents de ce projet de loi, équivaut à une mini loi qui explique les débats approfondis, parfois vifs qui entourent ce texte.

Ce projet a déjà beaucoup évolué grâce au travail parlementaire. Sur le travail le dimanche, il faut saluer les avancées enregistrées par le rapporteur du texte le député Stéphane Travert qui a obtenu le principe de garanties salariales pour tous et l’application du principe « pas d’ouverture sans accord social préalable ». Ces avancées sont positives mais ne suffisent pas à lever mon opposition personnelle à l’extension des exceptions au repos dominical.

Le repos dominical est un acquis fondamental. Il repose sur le principe selon lequel nos compatriotes ont un droit garanti à disposer d’un jour, le dimanche, pour faire autre chose, que produire, travailler, consommer, acheter ou vendre. Bien sûr, des exceptions existent. Mais pour l’essentiel, ces activités relèvent de la continuité indispensable du service public (hôpital, police) ou d’activités marchandes destinées aux loisirs ou à la restauration. Ce droit au repos dominical vise à permettre aux français de faire société, de faire famille, de se retrouver.

Je considère donc que l’extension du travail le dimanche est une triple erreur : économique, sociale et sociétale. 

Erreur économique, d’abord, car le bonus en croissance et en emplois est insignifiant. Aucune étude d’impact n’est en mesure de prouver que les emplois créés dans les grands magasins le dimanche ne seront pas compensés par les destructions d’emplois dans les commerces de centre-ville. Ceci s’explique parfaitement par le fait qu’à pouvoir d’achat identique, les sommes dépensées le dimanche par les français ne le seront plus en semaine. L’hypothèse la plus vraisemblable est l’accélération de transferts de chiffre d’affaire des commerces de proximité vers les grands magasins.

Erreur sociale, ensuite, car on ne peut pas défendre sérieusement l’idée que ceux qui travaillent le dimanche le choisissent majoritairement par préférence pour cette organisation de travail. Les salariés du dimanche se recrutent principalement chez les mères célibataires et les étudiants. C’est par nécessité que ces français travaillent le dimanche. Ainsi, plutôt que de combattre la précarité qui conduit une femme seule à travailler le dimanche quand son enfant est à la maison et à se reposer le lundi quand celui-ci est à l’école, on préfère étendre les exceptions au repos dominical. La situation des étudiants salariés n’est pas meilleure. Les étudiants qui doivent travailler pour se payer leurs études sont ceux qui échouent le plus aux examens. Le travail est dans ce cas un obstacle à la réussite dans l’enseignement supérieur. Le travail le dimanche n’est donc pas « une chance » pour ces étudiants qui réussiraient mieux à l’université si notre politique de bourses, de prêts et de logements étudiants était plus ambitieuse. J’ajoute enfin que plus les salariés qui travaillent le dimanche seront nombreux, moins les avantages qu’ils en tirent seront significatifs.  Ce qui est rare est cher. Moins le travail le dimanche sera rare, moins il sera bien rémunéré.

Erreur sociétale, enfin, car nous accompagnons la transformation de notre société dans la spirale d’une marchandisation toujours plus intense. Nos enfants sont,  dès leur plus jeune âge, des acheteurs compulsifs, cibles de centaines de messages publicitaires, que les parents et les enseignants doivent parfois “désintoxiquer”. On reproche parfois aux Français de consommer de l’hôpital, voire de l’école. La société de consommation s’est immiscée partout dans nos vies. Bien sûr, il faut protéger le consommateur et renforcer ses droits. Mais nous sommes aussi citoyens, parents, bénévoles et notre épanouissement ne passe pas seulement par la construction de nouveaux temples de la consommation ouverts 7 jours sur 7. Je vois là une forme de régression culturelle qui m’inquiète.

Pour ces trois raisons, je voterai l’amendement que j’ai déposé avec plusieurs députés, qui propose de supprimer les articles sur l’extension du travail le dimanche. 

Veuillez agréer, Madame, Messieurs, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Monsieur Benoît HAMON
Député des Yvelines
Membre de la Commission des Affaires étrangères

126 rue de l’Université
75007 PARIS

 
GB - En dépit de l'ouverture du dimanche, Tesco annonce 43 fermetures et 1000 suppressions d'emplois Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
Tesco, le leader de la grande distribution annonce la fermeture de 43 de ses supermarchés et le renoncement à 49 projets d'ouverture.

Depuis de très nombreuses années, cette grande chaîne de distribution a pratiqué l'ouverture complète le dimanche, mais aussi, pour certains de ses magasins, l'ouverture 24h/24h.

Ses pratiques de développement agressives (Tesco a fait le vide des petits commerces de proximité dans sa zone de chalandise), jumelées à l'habilité de ses conseillers fiscaux qui ont habilement utilisé toutes les ressources de l'optimalisation fiscale  "légale", n'ont pas empêché cette catastrophe économique.

La loi Macron qui sera soumise au vote mardi, va permettre à nos grands groupe de la distribution, de marcher sur les traces de la distribution britannique, dans le sens d'une libéralisation de l'ouverture le dimanche. Il aurait été intéressant de considérer l'exemple britannique, ses répercussion sur les commerces de proximité (fermetures et suppressions d'emplois), son impact réel sur la création de postes (la Grande Bretagne a même introduit le fameux contrat 0 heures, utilisé par Tesco).

Ce débat sur le travail du dimanche aura été cocasse (Sic). Au moins, il m'aura permis d'entendre ce lundi 16 février au matin dans le 7/9 de France Inter la députée PS Mme. Colette Capdevielle, dans son plaidoyer (c'est une avocate) en faveur de l'ouverture le dimanche. Au nom de la liberté, elle se refusait à se voir imposer de profiter spécifiquement du dimanche pour les activités de loisir, de distraction, associatives....La question ne se pose pas uniquement en ces termes, si le jeudi, le vendredi ou le samedi avaient été protégés jusqu'ici, il y aurait toujours eu quelques intérêts particuliers pour remettre en cause cette digue.
 
Nous avons aussi eu droit à monsieur Bruno Le Maire (UMP), qui lui au contraire s'opposait à la loi Macron, au prétexte que celle-ci ne garantissait pas de compensation suffisante pour les salariés.... Visiblement, pris d'un coup de fatigue, pas encore bien réveillé à cette heure, il oubliait complètement que la loi votée, en son temps par le gouvernement de monsieur Sarkosy, qu'il avait soutenu, était à l'origine du vote de la loi Mallié (10 août 2009), qui permettait justement dans certaines zones, de faire travailler les salariés le dimanche, sans imposer de compensation salariale.

Alors encore merci à monsieur Macron, pour ces opportunités.
Respectueusement.
François Rault

Sources :

suppressions d'emplois
http://www.ouest-france.fr/royaume-uni-tesco-pourrait-supprimer-10000-postes-3193858

fermeture de 43 de ses supermarchés et le renoncement à 49 projets d'ouverture
http://www.theguardian.com/business/2015/feb/15/tesco-supermarket-plans-management-cull-
http://www.theguardian.com/business/2015/feb/03/betrayed-by-tesco-kirkby-bridgwater-wolverhampton-let-down-by-supermarket-regeneration

Evasion fiscale
http://taxjustice.blogspot.fr/2008/02/tescos-tax-tricks.html
http://taxjustice.blogspot.fr/2010/04/tesco-at-it-again.html

Ouvertures de nuit 7j/7 (dont le dimanche)
http://www.travail-dimanche.com/expertises-tudes-r-flexions/tesco-ouvert-la-nuit-et-24-heures-24-un-exemple-suivre.html 

Le contrat 0 heures "zero hour contract"
http://en.wikipedia.org/wiki/Zero-hour_contract

France Inter 2015/02/16
http://www.franceinter.fr/emission-le-79-bruno-le-maire-je-voterai-contre-la-loi-macron
 
Le député WOERTH : contre le repos du dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les CONTRE
 
------ Message d'origine ------
De : Éric Woerth
À : Françoise V***
Envoyé 16/02/2015 18:15:55
Objet : Tr : Travail dimanche
Chère Madame,

Vous avez attiré mon attention sur le travail dominical et je vous remercie.

J'ai pris connaissance de votre message avec toute l'attention qu'il mérite. Je suis personnellement favorable au travail du dimanche, à condition bien sûr qu'il respecte un certain nombre de conditions telles que le respect d'un temps minimal de repos et qu'il permette à ceux qui sont volontaires pour travailler d'être mieux payés. J'observe d'ailleurs que beaucoup de nos concitoyens y sont prêts et y voient l'opportunité d'améliorer sensiblement leur pouvoir d'achat.

Je vous prie d'agréer, chère Madame, l'expression de ma considération distinguée.

Eric Woerth
 
Le député TERRASSE, champion de la langue de bois sur le DImanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les CONTRE
Pascal TERRASSE
Député de l'Ardèche
Paris, 5/2/15
 
Cher Monsieur,
Vous avez bien voulu attirer mon attention sur le projet de loi pour l'activité et la croissance, et plus particulièrement sur le dispositif concernant l'autorisation du travail le dimanche. Je vous en remercie.
C'est avec un vif intérêt et une grande attention que j'ai pris connaissance de votre correspondance.
Vos propos, exprimés de manière apaisée, ne manqueront pas d'alimenter mes propres réflexions. Conscient de l'intérêt que vous portez à ce sujet, je ne manquerai de rester très attentif au débat.
Demeurant à votre disposition, je vous prie d'agréer, cher Monsieur, mes respectueuses salutations.
 
Le député de LA VERPILLIERE s'engage pour le Dimanche ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les POUR
De : Charles de la Verpillière-Député [mailto: Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
Envoyé : lundi 16 février 2015 14:07
À : Marie-Françoise D***
Objet : Re- Non au travail dominical
 
Bonjour,

J’ai bien reçu votre message et je partage vos préoccupations. 

Je ne voterai pas la « loi Macron ».

Très cordialement.
Charles de la Verpillière
Député de l'Ain

 
Le député DASSAULT : langue de bois sur le dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Les CONTRE
------ Message d'origine ------
De : Olivier Dassault< Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir >
À : Françoise V***
Envoyé 16/02/2015 17:20:23
Objet : travail du dimanche loi Macron en discussion au Parlement

Madame,

J'ai bien reçu votre courriel.
J'ai donc pu prendre bonne note de votre position relative au travail du dimanche concerné par la loi Macron actuellement en discussion au Parlement.

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Olivier Dassault

 
Loi Macron : Hamon regrette que "Valls transforme ses convictions en posture" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La PPL Mallié, version 4 - Projet Macron

RTL PAR YAËL GOOSZ , BENJAMIN HUE  PUBLIÉ LE 16/02/2015 À 16:42

Benoît Hamon persiste et signe. Mis en cause par Manuel Valls, qui a dénoncé ce lundi 16 février sur RTL les postures de certains députés socialistes opposés à la loi Macron, l'ancien ministre de l'Éducation a répliqué sans détour au Premier ministre.

"Le contexte terroriste appelle au rassemblement contre le terrorisme. Il n'appelle pas à la fin du débat démocratique", a-t-il affirmé au micro de RTL. "Surtout, je ne vois pas le rapport entre l'extension des exceptions dominicales et le 11 janvier. Ça n'a aucun rapport et ce lien fait par le Premier ministre me paraît injustifié. Il ne peut pas y avoir les postures d'un côté et les convictions de l'autre".

À la pointe de l'opposition à la loi Macron, et particulièrement au projet d'assouplissement du travail le dimanche, Benoît Hamon a rappelé que "les raisons pour lesquelles [il] ne vote pas la loi Macron sont les mêmes que celles pour lesquelles [il a] quitté le gouvernement". "J'essaie d'être cohérent", a-t-il expliqué. "Je regrette qu'il transforme ses convictions en posture. Moi, je ne lui fait pas cette offense là. J'aimerais qu'il ne me la fasse pas non plus". 

 

 

 
Christophe Cuvillier : « Il faut ouvrir le Forum des Halles le dimanche» Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La PPL Mallié, version 4 - Projet Macron

Nous y voilà déjà : le projet Micron n'est pas envore voté que les demandes de créations de ZTI commencent à pleuvoir, augurant de manifiques controverses comme celles illustrées par Bricorama, tandis que les grandes surfaces réitèrent leurs avertissements : nous ne créerons pas d'emplois.

Et il ne s'agit pas d'un hasard : cette demande émane de Christophe Cuvillier, patron d'Unibail-Rodamco, numéro un de l'immobilier commercial en Europe, gérant un patrimoine d'actifs évalué à 34,6 milliards d'euros, et gérant, entre autres, la zone de la Défense et le projet de la tour Triangle, les grands centres commerciaux (le Carrousel du Louvre ou les 4 Temps...) et les centres de Congrès (le CNIT, Paris-Nord Villepinte, Paris Porte de Versailles...). et bien sûr... le Forum des Halles.

Trouvé sur le blog d'HB, une note de 2009 : Emmanuel Egloff pour le Journal des finances du 15 novembre consacre un dossier à propos des centres commerciaux : « Plus de 40 millions de visiteurs ont été enregistrés au Forum des Halles, à Paris, en 2007. […] Ce centre commercial, fort d'un multiplexe, d'une Fnac, de 10 moyennes surfaces et de 180 boutiques, est le premier en France par sa fréquentation. Le chiffre d'affaires cumulé des commerces qui y sont présents dépasse 550 millions d'euros par an. Et les loyers qu'ils versent rapportent plus de 50 millions par an à son heureux propriétaire à 65 % : Unibail-Rodamco. Plus rentable que le résidentiel, moins volatile que les bureaux, la possession et la gestion de centres commerciaux a tout pour attirer les foncières. D'ailleurs, on compte plusieurs acteurs français spécialisés dans ce domaine, dont les deux premiers en Europe : Unibail-Rodamco (avec 19 milliards d'euros de patrimoine en centres commerciaux) et Klépierre (13 milliards). » 

Les Echos, 16/2

Le commerce parvient-il à se réinventer ?

Le commerce se réinvente et trois grandes tendances se dégagent. Il y a d'un côté le commerce sur Internet, qui représente en France et dans le monde entre 8 et 10 % du commerce de détail. Il y a ensuite le commerce de proximité, ce sont les achats du quotidien, les courses que l'on fait en rentrant chez soi. Ce sont les achats pratiques. Et, sur ce segment, on voit émerger de nouveaux formats. C'est un commerce qui se réinvente. Enfin, il y a le commerce de destination avec, d'un côté, les grands centres-villes, de l'autre, les grands centres commerciaux, sur lesquels nous nous concentrons. Car toutes les villes n'ont pas, comme Paris, New York ou Londres, des Champs-Elysées, une 5e Avenue ou Sloane Street. A Varsovie, à Lisbonne et dans de nombreuses villes américaines, l'essentiel de l'activité se fait dans des centres commerciaux. Des centres qui eux aussi évoluent.

Mais Internet n'est-il pas en train de vous ringardiser ?

Internet pèse et influence bien plus nos actes d'achat. L'information sur les sites, les avis sur les réseaux sociaux, les e-mails d'alerte… Tout cela est de plus en plus important mais ne représente que 10 % des achats. Il y a vingt ans, Jeff Bezos, le patron d'Amazon, prédisait la fin des dinosaures, la fin des grandes enseignes américaines. Vingt ans plus tard, son groupe a connu une croissance extraordinaire, dont le rythme se ralentit, et il n'est toujours pas rentable. Le commerce physique s'est, lui, réinventé. La moitié du commerce sur Internet est faite par des marques physiques qui ont développé une stratégie numérique. C'est cette partie du commerce qui est rentable sur Internet. Alors que la partie « pure player » continue de perdre de l'argent, à l'image d'Amazon. Ce qui se développe de façon rentable, c'est le « click & mortar », la complémentarité du site Web et du magasin physique. Les distributeurs qui investissent à la fois dans la modernisation de leur outil numérique et qui revisitent leurs magasins sont les vrais et les seuls gagnants d'aujourd'hui.

Mais pourquoi investir quand la consommation reste atone ?

Globalement, le marché français peut sembler stagnant, mais il existe des poches de dynamisme. Une chaîne comme Zara, qui investit dans le renouvellement et la croissance de ses magasins, progresse. Unibail-Rodamco, qui développe des centres commerciaux modernes, avec de nouvelles enseignes comme Apple, Forever 21 ou Uniqlo, pour lesquelles nous sommes une porte d'entrée sur le marché, permet aussi aux marques de progresser. Ceux qui souffrent, ce sont les centres de milieu de gamme qui n'évoluent pas assez.

Est-ce important pour vous d'ouvrir le dimanche ?

Le projet initial de la loi Macron, qui prévoyait de donner le choix aux commerçants d'ouvrir librement au moins 5 dimanches par an et jusqu'à 12 avec l'accord des maires, me semblait positif. Le fait de créer des zones touristiques internationales, également. Le commerce le dimanche n'a pas vocation à être généralisé. Ouvrir partout tous les dimanches n'aurait pas de sens. Mais ouvrir trois week-ends avant Noël, au début des soldes d'hiver et d'été ainsi que quelques dimanches ayant un sens au niveau local me semble justifié. Le commerce, c'est du lien social, c'est du dynamisme, c'est de l'activité économique. La France a besoin de saisir toutes les occasions de créer des emplois. Il faut bien sûr un cadre social, y compris dans les zones touristiques. Il faut du volontariat et des contre-parties salariales. Voyez ce qui s'est passé à Madrid, où les commerces sont ouverts maintenant tous les dimanches comme à Londres : ça a créé de l'emploi et attiré les touristes. A Paris, il faut par exemple ouvrir les Champs-Elysées, les grands magasins boulevard Haussmann ou encore le Forum des Halles. Je regrette que l'on soit encore si en retard.

Le chantier des Halles n'est-il pas un gigantesque casse-tête ?

Rénover le coeur de Paris, c'est forcément un projet complexe ! Il y a deux chantiers aux Halles. Celui de la Ville, qui a en charge la rénovation des réseaux souterrains, des aménagements à la surface et la canopée. En parallèle, Unibail rénove les parties commerciales et recrée des circulations et des promenades en plein coeur de la ville. On fait tomber les faux plafonds pour accroître de 30 à 40 % la hauteur des vitrines et donner de la majesté aux enseignes. On installe des prises électriques et du wi-fi gratuit partout car c'est ce qu'attendent les consommateurs. On renouvelle le portefeuille de marques en ouvrant le plus grand Muji d'Europe continentale. On accueillera le navire amiral de Lego. On modernise l'offre de restauration. Ce nouveau centre commercial sera à la fois ouvert sur la ville et relié par les transports en commun à toute l'Ile-de-France.

Lire la suite...
 
France 'enters the modern world' with plan to open shops on Sundays Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La PPL Mallié, version 4 - Projet Macron

L'humour anglais ...est toujours ce qu'il était. Ainsi, cet article de l'Independant, qui s'ouvre par la phrase à la poésie antinomique "La paix qui tombe sur les centres-villes et les centres commerciaux français le dimanche ne sera bientôt plus", et qui est bourré de subtiles remarques, en plus de s'ouvrir sur une photo de Vuitton, qui n'a pas attendu Macron pour ouvrir le dimanche !

Ainsi, le journaliste remarque que M. Macron estime que travailler le dimanche, c'est "entrer dans le monde moderne" et permet d'aller vers le genre de commerce dominical maintenant largement répandue en Grande-Bretagne (mais pas encore l'Allemagne, l'Autriche ou la Belgique), sous-endendant que ces trois pays sont obscurantistes. Ou quand il remarque que les lois françaises sont "un fatras d'exceptions et de contradictions". On encore qu'il rappelle le mécontentement de sa majesté Sarkozy, courroucée que les magasins n'ouvrent pas assez vite pour satisfaire les envies de shopping de Mme Obama ! Ou enfin quand il mentionne les arguments d'un des opposants, Joseph Thouvenel de la CFTC, qui ne faisait que.... lire les communiqués du bureau national du PS de 2009 !

Un pur régal, à déguster avec quelques muffins à l'heure du thé.

 

The Independent, 16/2

The peace which falls on French city centres and shopping malls on Sundays will soon be no more.

As part of a “job-generating” law likely to be agreed on Tuesday, shops in tourist areas of Paris and other French cities will be allowed to open every Sunday and until midnight on weekdays.

The relaxation of France’s century-old Sunday trading laws will also apply to some out-of-town shopping malls.

The changes, negotiated during an exceptional sitting of the lower house of parliament on Saturday, will almost certainly be approved on Tuesday as part of a wider drive to remove regulatory brakes on the French economy.

The assault on France’s 109-year-old restrictions on Sunday trading has split the ruling Socialist Party. Even the Socialist Mayor of Paris, Anne Hidalgo, whose city arguably stands to gain the most, has opposed the changes proposed by Emmanuel Macron, the reformist, Socialist economy minister.

Mr Macron argued that it was time for France “to enter the modern world” and move towards the kind of Sunday trading now widespread in Britain (but not yet Germany, Austria or Belgium). He was opposed by an unlikely coalition stretching from left-wing trade unions to the Catholic Church, which argues that widespread Sunday trading will destroy the traditional French weekend and fail to deliver the promised new jobs.

The changes are part of a much broader attack by Mr Macron on regulatory red tape in France which, he argues, creates unemployment by giving excessive protection to those in work. The law, which goes to the National Assembly tomorrow, also reduces the privileges acquired over decades by trades and professions ranging from lawyers to driving instructors.

The arguments for and against Sunday trading have been confused by the fact that – as in many aspects of French life – the present rules are a hotch-potch of exceptions and contradictions. Shops on the Champs Elysées already open on Sundays, but big department stores in other parts of the French capital are closed.

The former President Nicolas Sarkozy pushed through a change in the Sunday trading law six years ago. He claimed at the time that he had been “deeply embarrassed” when the US First Lady, Michelle Obama, and her daughters had been unable to go shopping in Paris on a Sunday. His changes – fiercely opposed at the time by the Socialist opposition – created a new pattern of contradictions that has satisfied nobody.

The new rules would create “international tourist zones” where all shops can stay open every Sunday and until midnight during the week. There would be four such zones in Paris including the Champs Elysées and the Boulevard Haussmann, which has the two largest department stores in the capital, Galeries Lafayettes and Printemps. Four other “open-all-hours” zones will be discussed by the government and Paris town hall.

Opponents complained that the changes failed to address what they say is one of the great anomalies in the existing law: some shop workers are guaranteed double time for working on Sundays, while others are not.

Joseph Thouvenel, of the moderate CFTC trade union federation, said yesterday: “Sunday working will not create growth. It will destroy jobs and create an unpleasant society.” He was reading from a Socialist Party statement contesting Mr Sarkozy’s changes in 2009. 

 
Massy : sensibilisation contre le travail du dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Activités syndicales
 
Des militants syndicaux et associatifs ont pris place à l’entrée du centre commercial de Massy ce dimanche, pour dénoncer le vote de la loi Macron qui étend le travail dominical.
 
Les automobilistes se rendant à Leroy-Merlin de Massy ce dimanche ont reçu un accueil inattendu. Celui de drapeaux, banderoles, ainsi que des tracts donnés à leur fenêtre, expliquant les risques de l’extention du travail du dimanche. C’est à l’entrée de cette zone où travaillent les salariés qui font tourner ces magasins de loisirs et de travaux que les membres de la CGT, de la CFE-CGC et de l’association Femmes Solidaires ont voulu sensibiliser sur les risques qu’entrainerait cette « banalisation » du dimanche non chômé : « surtout concernant les vies personnelles et familiales de milliers de salariés » tels que ceux de cette zone commerciale.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 78 - 88 sur 3050

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS