Un employé de la chaîne de bricolage Bricorama installe une bannière sur un magasin de Lille (Nord), le 3 janvier 2014.
Un employé de la chaîne de bricolage Bricorama installe une bannière sur un magasin de Lille (Nord), le 3 janvier 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Nouveau rebondissement autour du travail dominical. Des syndicats ont déposé des recours auprès du Conseil d'Etat pour annuler le décret qui autorise les magasins du secteur à déroger au repos dominical, jusqu'au 1er juillet 2015.

Les contestations ont été déposées par la Fédération FO du commerce, les syndicats FO-Commerce de Paris, du Val-d'Oise, le Seci-Unsa et SUD-Commerce, a précisé Christophe Le Comte, secrétaire de la Fédération FO du commerce, vendredi 17 janvier. Les recours engagés sont "un nouvel acte fort pour la défense du repos dominical lourdement attaqué ces dernières années", souligne-t-il dans un communiqué.

Les syndicats peu emballés par l'accord en discussion

En contrepartie de la dérogation accordée aux enseignes de bricolage, le gouvernement a demandé à la fédération patronale de négocier un accord de branche avec les organisations syndicales. Si le patronat et la CFDT espèrent arriver lundi à un accord, la CGT et FO ont déjà prévenu qu'ils ne signeraient pas.

A ce stade des discussions, Patrick Ertz, président de la fédération CFTC du commerce, estime pour sa part que "le texte n'[est] pas suffisant" et qu'il y a "encore des marges de négociation". Il réclame ainsi des "garanties supplémentaires" sur le volontariat, condition nécessaire pour travailler le dimanche. Et regrette également que la liste des magasins concernés ne figure pas dans l'accord, alors que le patronat avait promis d'ouvrir uniquement les 178 magasins où l'ouverture était déjà de mise avant le décret.