Accueil
Plan du site | Rechercher | Contact | Qui sommes nous | Liens
Pétition pour le Dimanche

Déjà plus de 107.000 signatures ! Vous aussi, signez la pétition du CAD.

La pétition présentée par le CAD a obtenu plus de 107.000 signatures authentifiées (au contraire de la pétition-bidon du Dr Carabistouille !)
- Pétition électronique : 99.000 signatures au 01/10/13
- Pétition papier : 8.107 signatures au comptage du 15/01/12
   Merci à tous ceux qui out téléchargé et fait signer la pétition papier, voir cette page !

Suivez le CAD sur Twitter

Derniers commentaires
300 personnes manifestent contre l’ouver...
Je suis contre le travail du dimanche, pour certaines raisons : 1 ère ce ne sont que les étudiants ou pe...
Bricolage: magasins ouverts dimanche mal...
Contrairement à ce que colporte Le Point, la loi n'accorde à aucun établissement "le droit d'ouvrir cinq dimanches...
Travail du dimanche: le gouvernement pré...
Encore des arguments d'employeurs contre un décret pérénisant le travail le dimanche pour le négoce du bâtiment "...
Travail du dimanche: le gouvernement pré...
Le repos dominical n'est pas pour les plus pauvres et décision du Conseil d'Etat Le pape François a appelé les ch...
Bricolage : l'ouverture des magasins le ...
Une preuve supplémentaire, s'il en fallait, de l'indépendance de nos juridictions administratives vis à vis du pouvoi...
Pourquoi le travail du dimanche ne scand...
http://www.ladepeche.fr/article/2008/12/14/509220-loi-instaurant-repos-dominical-1906-issue-long-conflit-social.html
Ouvrir les bibliothèques le soir et le d...
Quelle tristesse de voir ces personnalités militer pour une régression sociale aussi importante, vouloir fracasser les...
Travail dominical : sera-t-il possible d...
"Le texte va s'appliquer. Alors, plus nous parviendrons à obtenir d'avantages pour les salariés, moins cela deviend...
Travail dominical : syndicats et patrona...
Tout d'abord il est bon de rappeler que l'efficacité économique est loin d'être démontrée. Le pouvoir d'achat n'ét...
Ouverture le dimanche : CGT et FO ne dés...
La remarque selon laquelle "pour la CGT, la réaction est plus étonnante, dans la mesure où, en octobre, le secrétair...
Citations

De mauvaises lois sont la pire sorte de tyrannie.

Edmund Burke
Ecrivain

Le débat qui nous occupe est infiniment [...] profond [...] Nous sommes bien face à un choix de société qu’il nous faut trancher.

Jean-Marc Ayrault
Premier Ministre
Extrait de la discussion du 7 juillet 2009 à l’Assemblée Nationale

Je m'oppose absolument et formellement au travail du dimanche qui détruit la vie de famille et se met au service d'un consumérisme aveuglé.

Jean-Luc Mélenchon
Ancien ministre, député européen, sénateur, conseiller général
candidat 2012 à la présidence de la République

Dans la semaine, il y a six jours pour avoir, et un jour pour être.

Hervé Mariton
Ingénieur des Mines
Député UMP de la Drôme

Le travail du dimanche n'enrichit pas.

Proverbe italien

Cliquez sur ce lien pour recevoir par mail les derniers articles parus !

Le travail du dimanche en question

↑ copier cette bannière

 

Chercher via Google
Il y a actuellement 7 invités en ligne
Articles les plus commentés
Articles les plus lus
Espace membres





Mot de passe oublié ?
(cela permet essentiellement d'être averti de nouveaux messages de commentaires)
Recommandé par
Le dimanche, j'y tiens !
Recommandé par des Influenceurs
Syndication
Pollution: la CFTC propose de fermer les centres commerciaux le dimanche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
16-03-2014

PARIS, 16 mars 2014 (AFP) - Pour contribuer à réduire la pollution aux particules, la CFTC, ardent défenseur du repos dominical, suggère au gouvernement de fermer les centres commerciaux le dimanche.

Le syndicat chrétien souhaite "qu'en cas d'alerte à la pollution, les centres commerciaux, les grandes surfaces et notamment les magasins de bricolage, soient fermés le dimanche", a déclaré dimanche à l'AFP son vice-président Joseph Thouvenel, par ailleurs responsable de la CFTC à Paris.

"On devrait pouvoir, le dimanche, faire l'économie de cette pollution", en complément de la mesure de circulation alternée qui sera mise en place lundi à Paris et dans la petite couronne, a-t-il ajouté.

La CFTC demande au gouvernement "de mesurer l'économie tant en pollution qu'en dépense énergétique qui pourrait être réalisée avec cette journée de fermeture".

L'ouverture dominicale des magasins de bricolage suscite la polémique depuis plusieurs mois. Le ministère du Travail a publié il y a une semaine un nouveau décret, déjà attaqué par les syndicats du commerce, pour autoriser les enseignes à ouvrir. Pour mettre de l'ordre dans le maquis des dérogations au travail dominical, le gouvernement a promis une loi avant la fin de l'année.

 
Volontaires d'office Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Humour
16-03-2014

Vu dans Corse matin, 2012.

 
Le travail dominical sur LCP Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Les videos - Débats
16-03-2014

02/12/2013

Karl Gazi, très brillant, face à un Novelli, toujours aussi pontifiant...


Ça Vous Regarde : le débat : Travail dominical... par LCP
 
Travail du dimanche: NKM vs Hidalgo Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
16-03-2014
Pour votre vote de dimanche regardez la vidéo en suivant ce lien.
 
Pas de bricolage le dimanche en Picardie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
15-03-2014

PUBLIÉ LE 15/03/2014 Courrier picard

Quand un sac de courses devient un objet militant. La CFTC est contre le travail du dimanche.

Besoin soudain d’un tournevis, d’une clé à molette ou d’un pot de peinture ? Il va falloir patienter. En Picardie, aucune enseigne de bricolage ne sera ouverte ce dimanche. Un décret, depuis une semaine, les y autorise pourtant. Mais pas un seul magasin n’a encore décidé de profiter de cette soi-disant aubaine commerciale. «  C’est bien la preuve que le travail du dimanche est une aberration  », se félicite Franck Briatte, représentant de la branche commerce-force de vente pour le CFTC Picardie. Ce constat sonne un peu comme une victoire pour ce syndicat qui milite depuis toujours contre la généralisation du travail dominical. Mais cela confirme également que ce décret n’a de sens que dans des zones de chalandise très fréquentées. «  Nous n’aurions aucun intérêt à ouvrir le diman che, confirme ce cadre de Leroy Merlin, à Amiens. En dehors des ouvertures exceptionnelles, cela nous coûterait trop cher. »

Dans les faits, aucune enseigne, en effet, ne souhaite vraiment ouvrir le dimanche. «  Trop de charges pour pas assez de bénéfices, nous ne sommes pas à Paris », résume le responsable de Leroy Merlin. Et les employés, même payés grassement, ne sont pas toujours prêts à sacrifier leur vie de famille, ou leur vie tout court, pour glaner quelques euros de plus. «  Hein ? Travailler tous les dimanches ? Quelle horreur !  », s’égosille cette salariée de Castorama à Saint-Maximin, dans l’Oise, qui ne semble pas au fait de cette nouvelle loi.

Évidemment, chez les clients, les avis sont davantage partagés. « Je travaille six jours par semaine, et oui, le dimanche, j’aimerais pouvoir aller chercher le truc qui manque quand je bricole  », constate Bernard Duvel, retraité et bricoleur amateur. «  Ce n’est pas indispensable, nuance Johanna, bricoleuse a ses heures perdues et commerçante dans le prêt-à-porter. Dans notre métier, travailler le samedi est déjà une contrainte pour la vie de famille, ce n’est pas la peine d’en rajouter. »

En Picardie, l’ouverture, ou non, des magasins de bricolage le dimanche répond, comme partout, à une logique commerciale. Mais ce qui est la règle aujourd’hui ne le sera pas forcément demain. Selon la CFTC, les élus des grandes villes de la région se seraient entendus pour ne pas autoriser d’ouverture dominicale. «  Mais cet équilibre est fragile, nuance Franck Briatte. Dès lors qu’un magasin ouvrira le dimanche, les autres s’engouffreront dans la brèche  », redoute le représentant syndical. «  Je ne suis pas sur  », tempère Bernard Désérable, responsable du magasin Mr Bricolage dans le centre-ville d’Amiens.

«  Nous sommes ouverts et disponibles six jours sur sept, ce qui laisse du temps aux gens pour faire leurs achats. Et grâce à Internet, les magasins ne sont jamais réellement fermés. »

Quoi qu’il en soit, le feuilleton est loin d être terminé. Les syndicats du commerce ont annoncé qu’ils allaient déposer un recours devant le Conseil d’État. Dimanche reste encore dimanche.

FABRICE JULIEN

 
Le feuilleton législatif sur le travail dominical n'est pas terminé ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
14-03-2014

Le 14/03/2014, par la Rédaction de Net-iris

Le Conseil d'Etat a été saisi une nouvelle fois par la CGT à propos du décret autorisant les magasins de bricolage à ouvrir le dimanche.

Alors que le décret (n°2014-302) du 7 mars 2014 (qui ajoute les établissements de commerce de détail de bricolage à la liste des catégories d'établissements bénéficiant d'une dérogation de droit en matière de repos dominical) vient d'entrer en vigueur, son existence risque finalement d'être decourte durée.

Rappelons que ce texte a pour but d'abroger l'ancien décret, suspendu par une ordonnance du Conseil d'État, en raison du caractère temporaire de la dérogation.

D'après un communiqué de presse, relayé par plusieurs sites d'information, la CGT a en effet saisi le Conseil d'État dans le cadre d'une procédure de référé suspension, afin que ce dernier puisse à nouveau statuer sur le texte gouvernemental.

En effet, d'après le syndicat, en créant une nouvelle dérogation sectorielle permanente, le Gouvernement s'engagerait en fait sur la voie d'une généralisation de l'ouverture des magasins le dimanche.

Sources : Le Parisien - Le Figaro - CGT

© 2014 Net-iris

 
MAGASINS DE BRICOLAGE: LE TRAVAIL DOMINICAL DE NOUVEAU AUTORISÉ Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
14-03-2014

Eurojuris le 14/03/2014

Un nouveau décret du 7 mars 2014 inscrit les établissements de commerce de détail du bricolage sur la liste des établissements pouvant déroger à la règle du repos dominical.

Un précédent décret du 30 décembre 2013 autorisait les établissements de bricolage à déroger au repos dominical des salariés à titre temporaire jusqu’au 1er juillet 2015.

Le Conseil d’État, dans une décision du 12 février 2014, avait suspendu l’exécution de ce décret en se fondant sur le caractère temporaire de la dérogation.

Le nouveau décret du 7 mars 2014 porte inscription, cette fois de façon permanente, desétablissements de commerce de détail du bricolage sur la liste des établissements pouvant déroger à la règle du repos dominical.


 
Décret bricolage: le commentaire d'Hélène Bodenez Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
14-03-2014
Le décret-bricolage du 31 décembre, autorisant l'ouverture des magasins de bricolage le dimanche, promulgué en pleine trêve de Noël, avait été heureusement attaqué, on s'en souvient, par certains syndicats. Le Conseil d'État l'avait alors suspendu. Faisant fi de cette suspension et faisant croire également qu'il ne s'agissait que d'un simple vice de forme, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, qui peine à faire avancer le pacte de responsabilité et qui semble voir dans le travail le dimanche une aubaine, a donc réécrit très rapidement le décret. Mais les mêmes causes ayant les mêmes effets, les syndicats sont à nouveau devant les tribunaux. Le Conseil d'État saisi vient de répondre et entendra la demande de suspension du nouveau décret bricolage déposée par les syndicats le 7 avril à 10h. Après les élections donc.  

Une fois de plus, l'intersyndicale Clic-P monte au créneau avec compétence et détermination, jamais épuisée. Rappelons pour ceux qui seraient un peu perdus dans un feuilleton ubuesque que les magasins de bricolage ne font pas partie des secteurs autorisés à déroger au repos dominical - soit au repos hebdomadaire donné le dimanche. Ils ont beau hurler à l'injustice quand les magasins d'ameublement et de jardinerie sont ouverts le dimanche, ils ont du mal à faire valoir leurs vues. Et pour cause ! Tout le mal vient d'un cheval de Troie, de l'amendement Debré voté de nuit au Sénat dans la loi de la consommation Chatel, amendement inique autorisant, contre toute raison et tout principe, les magasins de meubles et de jardinerie à ouvrir le dimanche. Cet amendement entache ainsi toute la loi et aurait dû conduire à l'annulation pure et simple de la loi tout entière.

Oserons-nous redire sans lasser ce que nous avons déjà écrit ? Pour faire cesser cet imbroglio, une seule chose, supprimer l'amendement Debré. Il n'y aura alors plus de problème pour obliger les magasins de bricolage à fermer le dimanche.

Hélène Bodenez



Lire sur le site de La Croix "Le décret sur le travail le dimanche à nouveau devant les tribunaux"
 
Décret bricolage : La FNBM monte au créneau Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
10-03-2014

Ouverture des magasins de bricolage le dimanche : un acharnement injustifié.

La F.N.B.M. - Fédération du Négoce du Bois et des Matériaux de construction déplore la publication d’un nouveau décret autorisant l’ensemble des magasins de bricolage à ouvrir le dimanche, sans limitation de durée ou d’espace.

Cette législation, sans condition, de l’ouverture des magasins le dimanche, s’opère au détriment de l’ensemble des professions du négoce et de la distribution des produits du bâtiment.

Outre les problèmes de concurrence déloyale que ce dispositif va engendrer, les conséquences en terme de consommation, de chantiers et circulation des camions le week end, sont multiples sans même évoquer le risque de propagation du travail clandestin.

La Fédération du négoce de matériaux de construction et de bois regrette que le gouvernement choisisse de mettre en péril plusieurs secteurs d’activité au profit d’intérêts dispersés et mettant en péril l’emploi.

Voir le site de la F.N.B.M. en suivant ce lien.

 
Travail dominical/bricolage : décision mardi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'actualité - Dernières nouvelles
25-02-2014

Le Figaro, 24/02/14

Le tribunal de commerce de Bobigny rendra mardi son jugement dans le conflit opposant Bricorama à Leroy Merlin et Castorama sur le travail dominical, alors que le nouveau projet de décret censé régler le contentieux n'a pas encore été publié.

La décision du tribunal, rendue plus de trois mois après l'audience au fond, intervient "dans un contexte d'incertitude", en raison des rebondissements survenus au cours de ces dernières semaines, souligne l'avocat de Castorama, Me Richard Renaudier. Le gouvernement avait décidé, dans un décret publié le 31 décembre, d'autoriser les magasins de bricolage à ouvrir le dimanche jusqu'au 1er juillet 2015, le temps de remettre à plat les règles aujourd'hui trop confuses sur le repos dominical.

Mais le Conseil d'Etat, saisi en référé par les syndicats, a suspendu son application, estimant qu'il "existait un doute sérieux sur (sa) légalité". Le gouvernement a depuis promis un nouveau texte, mais celui-ci n'a pas encore été publié au Journal officiel. "Cette situation fait qu'on n'y voit pas très clair", reconnaît l'avocat de Bricorama, Me Frédéric Naquet, qui rappelle toutefois que le litige porte notamment sur la réparation d'un préjudice passé. "Le tribunal doit juger le passé, pas le présent", insiste-t-il.
Le groupe Bricorama s'était lancé dans un combat judiciaire après avoir été condamné en janvier 2012 à ne plus ouvrir le dimanche, à la demande du syndicat Force ouvrière (FO), au nom du respect du repos dominical.

L'enseigne s'estimait alors victime d'une "inégalité de traitement" vis-à-vis de Castorama et de Leroy Merlin, qui bénéficient d'autorisations d'ouvertures administratives, liées à leur grande taille. Bricorama a été débouté à deux reprises, en référé (procédure d'urgence), par le tribunal de grande instance de Bobigny. Il s'est alors tourné vers le tribunal de commerce de Bobigny, en invoquant une "distorsion de concurrence"
Saisi en référé, ce dernier a donné raison fin septembre à Bricorama. Mais la cour d'appel de Paris a à son tour contredit le tribunal, en autorisant les deux enseignes à rouvrir leurs magasins franciliens le dimanche.

Un "imbroglio juridique" dénoncé par les deux parties, qui s'étaient affrontées lors d'une audience longue de cinq heures, le 22 novembre, consacrée au fond de l'affaire.
Il faut "que l'égalité soit la norme en France, tous fermés ou tous ouverts, mais tous égaux", avait alors martelé le PDG de Bricorama, Jean-Claude Bourrelier.

 
Lettre ouverte à Eric Brunet Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Références - Carabistouilles
24-02-2014

Eric Brunet, avec un aplomb inversement proportionnel à la qualité de son argumentaire, a ouvert une pétition pour soutenir une lettre ouverte qu'il a envoyée au Président de la République.

Pauvre Eric Brunet : même soutenue par BFM, même avec un itw sur RMC, sa pétition a passé péniblement les 10.000 signatures. On a de la peine pour lui.

Ci dessous, les 10 points qu'il a envoyé à François, et nos commentaires, en forme de lettre ouverte (nous lui envoyons, et publierons sa réponse !).

Etienne NEUVILLE
Vice Président du CAD

1. La libération du travail répondrait à l’évolution des modes de vies et aux aspirations sincères et profondes de millions de Français. Le shopping est devenu un loisir, et une occasion de se retrouver en famille. Pour des millions de citadins, les courses sont plus rapides et plus simples à faire le soir et le dimanche.

Ça, M. Brunet, c'est bien le coeur du problème. Il est évident que si vous ouvrez tous les centres commerciaux le dimanche, vous allez contribuer à faire croire à une certaine frange de la population que le shopping est un loisir comme un autre, à la suite de Patrick le Lay, l'homme dont le métier consiste "à vendre du temps de cerveau humain à Coca-Cola". Et ce sont les plus faibles d'entre nous, que vous allez, avec la complicité de la publicité agressive à laquelle ils sont soumis tous les jours, contribuer à réduire en consommateurs passifs. Vous n'aurez pas aidé à les grandir, mais à les abaisser. C'est votre option, pas la notre.

•  2. La libération du travail relancerait l’emploi. Dans un pays où le chômage frappe plus de 3,2 millions de Français, le travail en soirée et le dimanche constitue un réservoir d’emplois considérable. Au Canada, l’emploi a augmenté de 3,1% dans le commerce de détail à la suite de l’ouverture des magasins le dimanche. Aux Etats-Unis, la hausse a approché les 4,5 %. Appliqué à la France qui compte 1,7 millions salariés dans le commerce de détail, une telle hausse signifierait la création d’environ 80 000 emplois.

Soit vous êtes d'une ignorance abyssale en économie, soit vous vous payez la tête de vos lecteurs (ou alors, en bon gascon que vous êtes, vous racontez n'importe quoi, mais avec assurance). Vos prétendues études, dont vous ne citez pas les sources, datent d'une vingtaine d'années, si ma mémoire est bonne, et concernent des pays à l'époque en croissance. Il est évident qu'elles ne s'appliquent pas à notre pays en récession, où la demande est atone et la capacité de production sous-utilisée. Je vous mets publiquement au DEFI de produire ne serait-ce qu'UNE SEULE ETUDE démontrant que le travail du dimanche crée des emplois en France. Tiens, commencez donc par nous monter les "dizaines de milliers d'emplois" que devrait créer la loi Mallié...

• 3. La libération du travail augmenterait le pouvoir d’achat des salariés. Le taux horaire des heures travaillées le dimanche est, en moyenne, majoré de 150 %. Par ailleurs, ces mêmes salariés bénéficieraient de compensations plus importantes en matière de repos hebdomadaire.

Non, elle augmenterait le pouvoir de CERTAINS SALARIES, uniquement.

Renseignez vous d'un peu plus près sur les entreprises qui ont instauré le travail du dimanche, au lieu de vous limiter à la règle de trois dans vos analyses économiques : pour la plupart de ces entreprises, elles l'ont fait à masse salariale égale, en diminuant les horaires et/ou les salaires des autres salariés. Le travail du dimanche augmente la précarité.

•  4. La libération du travail augmenterait le chiffre d’affaire des commerces concernés. Les visiteurs étrangers n’iraient plus à Londres ou à Rome, mais resteraient en France pour leur week-end shopping.

J'aimerais que vous me disiez combien, parmi vos très chics amis, sont allés chercher un foulard Gucci à Rome à cause de la fermeture du magasin de Paris le jour où ils étaient en week-end chez nous. Zéro.

Cet argument traîne dans tous les argumentaires produits par les agences de communication, les Ateliers Corporate en tête, qui sont payées par les grandes enseignes pour faire la propagande du travail du dimanche, mais il n'a aucune réalité.

•  5. La libération du travail répondrait au désir de liberté de chaque citoyen. Le choix du travail dominical ou d’un travail en soirée, s’effectuerait sur la base du volontariat.

Votre conception de la liberté est celle d'un adolescent de la génération Y. Permettez-moi d'oser espérer attendre davantage de vous, qui avez un demi-siècle d'âge, si j'en crois Wikipedia.

D'autre part, à vous qui faites semblant de croire au "volontariat" des travailleurs du dimanche, je peux vous dire, comme patron et employeur de main d'oeuvre, que dans mes entreprises, ce ne sont pas les salariés qui font les plannings. Et que ce n'est pas près de changer.

•  6. La libération du travail serait une mesure égalitaire: la réglementation des heures d’ouverture des commerces impose trop de disparités par branches et par zones. Par exemple, jardineries et magasins d’ameublement sont autorisés à ouvrir le dimanche, en revanche les magasins de bricolage doivent rester fermés. Autre exemple, dans les zones touristiques, c’est au maire de définir les quartiers concernés. Ainsi, à Paris, les Champs-Elysées et Saint-Germain-des-Prés sont classés « zone touristique » mais le boulevard Haussmann ne l’est pas… Les aéroports bénéficient d’une dérogation pour ouvrir le dimanche, mais pas les commerces situés dans les gares…  

Votre notion d'égalité est un peu au même niveau que votre notion de la liberté, et je n'y reviens pas.

Vous mettez cependant le doigt sur l'effet domino que nous avions repéré une dizaine d'années avant vous. En effet, à cause de la porosité des activités commerciales, si on ouvre un secteur, l'ouverture s'étend mécaniquement aux autres. C'est pour cela que, la loi Mallié s'écartant du principe (limitation de l'ouverture aux activités nécessaires à la société), nous avons toujours dénoncé cette aberration. Pour ce qui est de la différence entre les Champs, zone éminemment touristique, et le boulevard Haussmann, zone éminemment commerçante, si vous ne faites pas la différence, je crains que vous n'ayez recopié sans réfléchir le courrier que vous a envoyé l'association Haussmann. Enfin, bravo pour avoir recopié aussi cette injustice intolérable constituée par la situation des commerces de gare : si vous n'aviez pas oublié l’inadmissible enrichissement des syndicats sur le dos des patrons, qui donne des boutons à Nicolas Doze, ainsi que tous ces étudiants, qui ne peuvent étudier que grâce aux bourses d’Ikea, et les sites de e-commerce, outrageusement ouverts le dimanche, vous seriez allé au bout d'une compilation exhaustive, à laquelle il ne manquait plus que l'intelligence.

•  7. La libération du travail ferait évoluer une législation archaïque. Est-il normal que la loi de 1906 établissant le repos hebdomadaire le dimanche, soit encore applicable au XXIème siècle ?

Là, vous avez absolument raison. Et les exemples de cette sorte abondent, comme par exemple celle qui interdit de tuer son voisin, qui date de plusieurs millénaires. C'est scandaleux et révoltant, cet archaïsme. Cette vieille loi de 1906 qui, par son équilibre, a traversé le siècle quasiment sans aucune modification, comme c'est intelligent de l'avoir vérolée par un amendement Debré et une loi Mallié, qui ont mis un bazar tel que quelques années plus tard seulement, il faut revoir le dispositif complètement. Bravo, M. Brunet, vous devriez faire de la politique.

•  8. La libération du travail serait conforme aux principes de la laïcité : le choix du dimanche comme jour de repos fait écho à la tradition chrétienne. Or, dans notre république laïque, le dimanche pourrait être indépendant de toute tradition confessionnelle. Le choix du jour chômé serait du ressort de chaque citoyen.

Vous n'ignorez pas seulement l'économie, mais aussi l'histoire : j'insiste, vous devriez faire de la politique.

Juste deux mots, cependant. Le repos dominical a été mis en place dans l'Empire par Constantin, en 321. A cette époque, il jurait par Jupiter ou Bacchus, comme tous les Romains, mais pas par Jésus. Si les chrétiens ont investi ce jour-là, et qu'il a été supprimé en 1792 puis de nouveau en 1880, il a été rétabli en 1906 non pas par un quarteron d'évêques réactionnaires, mais par une chambre complètement anticléricale, à l'issue de luttes sociales menées notamment par les employés de grands magasins. Vous n'auriez pas voulu, quand même, que la Chambre instaurasse le repos hebdomadaire le mardi, et rétablisse le décadi, tant qu'on y est, puisque Dieu a crée le monde en 7 jours, et qu'elle se devait d'effacer à tout jamais cette marque de l'obscurantisme ?

•  9. La libération du travail renforcerait l’attractivité touristique de la France. Il est paradoxal que notre pays, 1ère destination touristique mondiale, voit ses boutiques des Champs-Elysées, fermer à 21h ainsi que le dimanche. Les touristes sont particulièrement demandeurs de shopping dominical. Les villes de Bordeaux et Marseille se privent de la clientèle des croisières qui fait escale le dimanche. …

Vous savez quoi ? Les touristes ne viennent pas précisément en France pour acheter un parfum à deux balles à deux heures du matin.

L'attractivité touristique de la France, dont vous parlez si bien, repose sur la qualité de son patrimoine, la richesse de son histoire et de sa culture. Citez moi un seul pays, M. Brunet, dans lequel vous êtes allé faire du tourisme à cause des heures d'ouverture de ses boutiques de souvenirs ?

•  10. La libération du travail harmoniserait la loi française avec celles de la plupart des pays européens. La majorité des démocraties européennes disposent d’une législation moins contraignante sur la question du travail en soirée et le dimanche. 

Encore une foutaise que vous avez recopiée sans réfléchir des argumentaires préfabriqués des agences de communcation !

Vous oubliez allègrement, M Brunet, que notre principal allié en Europe, après avoir tenté d'ouvrir le dimanche, est revenu rapidement en arrière. Il s'agit de l'Allemagne. Vous oubliez de dire qu'en Espagne, les grandes surfaces ont le droit d'ouvrir toute la nuit. Vous oubliez de dire qu'en Irlande, toutes les primes de dimanche ont disparu au bout de quelques années de pratique.

C'est cela, le modèle social que vous voulez pour la France ?

Dans l’espoir que vous prendrez en compte cette démarche qui peut améliorer le quotidien de millions de Français, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments les plus sincères.
 
Eric Brunet

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 11 sur 2619

Le travail du dimanche en question :
entre productivité débridée et art de vivre, un vrai choix de société 
Collectif des Amis du Dimanche, 10 rue Denis Poisson, 75017 PARIS - 04 67 96 11 72 / 06-07-15-79-57
Le wiki (accès réservé)